Actualisé 23.04.2008 à 15:01

Cannes: des stars mais pas de Suisses

Aucune production suisse ne fera de l'ombre à Tarantino ou Kusturica sur la Croisette, du 16 au 27 mai.

L'édition cannoise 2006 avait consacré une journée au cinéma suisse. Carlos Leal avait fait sensation, ça frémissait dur dans les coulisses. Cette année, la Suisse brillera... par son absence. Seul le court-métrage de Frédéric Mermoud, «Le Créneau», est présenté en Semaine de la Critique. «Je vais me suicider!» s'esclaffe Monsieur Cinéma, Nicolas Bideau. Le 7e Art romand est-il trop pauvre? «Non, répond-il. C'est une question de business en fait. Pour faire face aux gros distributeurs et aux films français, il faut que l'on affirme encore plus notre identité, comme le font les réalisateurs belges. Il est vrai que le marché suisse allemand marche mieux et que notre réseau de production et de distribution est encore faible. Mais j'ai confiance en notre cinéma. Et si nous ne sommes pas à Cannes, nous serons à Venise!» conclu-t-il, rieur.

Les fans se consoleront avec Quentin Tarantino et son «Death proof», Wong Kar-Wai dont le «My Blueberry Night» ouvre le festival, Emir Kusturica, Gus Van Sant ou les frères Cohen. Hors compétition et en première mondiale, «Ocean's 13» et son époustouflant casting viendra complèter la pluie de stars.

Elsa Duperray

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!