Verbier (VS): Canons à neige vandalisés: «le début d’une offensive»

Publié

Verbier (VS)Canons à neige vandalisés: «le début d’une offensive»

Un texte militant semble revendiquer les dégâts sur les appareils à Verbier au motif de la protection du climat et de l’anticapitalisme.

LMS

Plusieurs canons à neige ont été vandalisés sur les pistes de ski de Verbier (VS) tout début janvier, a annoncé la police valaisanne mercredi. Pour aider l’enquête en cours, elle a lancé un appel à témoins, mais ne donnait aucune information sur d’éventuels suspects. Or, dans le même temps, un article publié sur le site militant renverse.co semble donner quelques informations sur les motivations des auteurs des déprédations.

«Ce champ aurait dû rester vert car les neiges ne tiennent plus à ces altitudes. Or en ce doux soir de décembre, il est recouvert d’une couche blanche faite d’absurdité et de gaspillage, car trop de choses en dépendent: l’attrait de la station pour les touristes, les réservations dans les hôtels de luxe, le prix du terrain immobilier mais surtout la satisfaction des riches (…), qui ne font même pas semblant de vouloir participer à la tâche collective qu’est la préservation d’un avenir sur Terre», évoque l’article. L’auteur ironise ensuite en faisant un parallèle avec les mesures d’économie demandées à la population, pour faire face à la pénurie énergétique, notamment. 

D’autres stations visées

«Cette nuit, les canons à neige de différentes stations sont tombés à terre. Le début d’une offensive», annonce l’auteur de l’article, en utilisant les hashtags «sabotage», «anticapitalisme» et «écologie radicale». La police valaisanne se refuse toujours à toute communication sur l’enquête en cours. Interrogée sur la piste du militantisme climatique, elle reste toujours aussi muette.

Impact écologique certain

Le bilan écologique des canons à neige s’améliore certes, mais reste non négligeable, selon la RTS. Les hydrologues assurent qu’il s’agit d’une opération nulle au niveau de la consommation d’eau, puisqu’elle est rendue à la nature dès la fonte, mais concèdent qu’il est préférable qu’elle soit prélevée dans des bassins prévus à cet effet plutôt que dans les rivières, déjà à la limite. L’électricité utilisée, cependant, est conséquente. Les canons qu’on retrouve dans les Alpes vaudoises et à Gstaad consomment l’équivalent de la production d’une éolienne pendant un an. À Verbier, cela représente 14% de la consommation électrique de la station. Et si les installations deviennent de moins en moins gourmandes, elles se multiplient, augmentant au final la quantité de courant nécessaire. En Valais, l’enneigement artificiel représentait en 2019 40% des pistes.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

(rmf)

Ton opinion

311 commentaires