Suisse: Cantons catholiques en mode carnaval
Actualisé

SuisseCantons catholiques en mode carnaval

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues dès jeudi en Valais, à Fribourg, dans le Jura ainsi qu'en Suisse alémanique et au Tessin.

En Valais, le plus ancien des carnavals est celui de Monthey, qui a offert cette année son plus long cortège depuis 1953. Fort de près de 1220 figurants et musiciens, il comportait 18 cliques au total, dont une Guggenmusik de Sargans (SG) qui s'est invitée à la dernière minute.

Ce cortège dominical a été arrosé de 2,3 tonnes de confettis, soit 517'499'866 pièces très précisément, ajoutent les organisateurs. Et comme ceux-ci aiment la précision, ils ont estimé à 43'704 personnes la foule qui l'a suivi.

Christian Varone vole la vedette

Parmi les chars les plus appréciés ont notamment figuré celui rappelant le mariage et le campement des Roms l'été dernier, ainsi que «l'entreprise d'importation de pierres de Christian Varone», le chef de la police et candidat au Conseil d'Etat, a précisé à l'ats un des organisateurs, Bernard Paunet.

Grâce à son aventure turque, M.Varone a volé la vedette à son principal adversaire, Oskar Freysinger, pourtant habitué des cortèges de carnaval valaisans. Au cortège de Sion, le libéral-radical apparaissait en Obélix portant un gros caillou.

Dans la capitale, le cortège de 1600 participants s'est tenu samedi soir, par une température inférieure à -10 degrés, devant près de 40'000 personnes. Dimanche sous un soleil radieux, ils étaient encore quelque 12'000 à s'amuser, a précisé un des organisateurs, Yoann Schmidt.

Brigue, la Mecque du carnaval haut-valaisan, s'est métamorphosée en kasbah dès jeudi. Dans le Lötschental et à Evolène (VS), les masques traditionnels, les empaillés et les peluches ont hanté les vallées.

Dans le Jura

A l'autre bout de la Suisse romande, le Jura a aussi vibré aux rythmes de carnaval, et avec les mêmes températures glaciales. En particulier aux Franches-Montagnes, où le carnaval du Noirmont (JU) célébrait son 50e anniversaire. Sans surprise, le grand cortège de dimanche était donc historique, retraçant 10 lustres de péripéties du Carimentran, le nom de carnaval dans la région.

Si quelque dizaines de milliers d'amateurs se sont réunis au Noirmont, ils étaient aussi très nombreux à Trissville et Patadorf, les noms carnavalesques de Delémont et Bassecourt (JU), où, là également, les festivités se termineront mercredi à l'aube, sachant que mardi coïncide avec les cortèges des enfants.

Mise à feu du Rababou

A Fribourg, le carnaval des Bolzes a battu son plein. Les cliques de tambours et fifres, «Guggens» et autres chars ont paradé en basse-ville. Le clou de la fête a été sans conteste et comme chaque année la mise à feu en fin de journée du Rababou, le voleur de bois à qui Fribourg doit tous ses malheurs.

Quelque 6500 personnes ont participé à l'événement qui a ponctué le cortège, alors que la veille a vu les Guggens défiler. C'est une affluence correcte, si l'on tient compte du froid qui a dû retenir nombre d'amateurs au chaud, a dit à l'ats le président du carnaval des Bolzes, Alain Rappo, tout de même satisfait de cette édition «de qualité».

En montagne aussi

Hors les villes, carnaval se tient aussi dans quelques villages et jusque dans les régions les plus excentrés. Ainsi au Moléson (FR), cerise sur le gâteau, les skieurs déguisés ont pu skier à l'oeil. Du coup, la petite station a fait le plein dans une ambiance un peu folle.

En Suisse alémanique, la foule ne s'est pas non plus laissée dissuader par le froid record de ce week-end. Notamment à Lucerne, le deuxième plus important carnaval de Suisse après celui de Bâle, à Soleure, St-Gall ou Coire où 20'000 personnes ont afflué, selon un communiqué des organisateurs.

Protestants à venir

Les festivités dans les cantons catholiques se poursuivent jusqu'à mardi soir, dernier jour gras avant les 40 jours du carême, qui débute dès le mercredi des Cendres. Dans les cantons protestants en revanche, comme Bâle, Berne ou Vaud et Genève, le carnaval ne débutera que dans une semaine. (ats)

Ton opinion