Basketball - Capela aux Knicks: «On va vous envoyer en vacances»
Publié

BasketballCapela aux Knicks: «On va vous envoyer en vacances»

Avant le 5e match de la série entre les Hawks et les Knicks en play-off de NBA, le pivot genevois d’Atlanta a dit tout le «bien» qu’il pensait du jeu proposé par les New-Yorkais.

par
Sport-Center
Clint Capela (à dr.) a fait monter la pression avant d’affronter Taj Gibson et les Knicks.

Clint Capela (à dr.) a fait monter la pression avant d’affronter Taj Gibson et les Knicks.

AFP

Ce mardi lors d’une visioconférence avec des journalistes, Clint Capela a joué la carte de la provocation.

Le pivot des Atlanta Hawks, qui mènent 3-1 dans leur série de play-off contre les New York Knicks, a critiqué le jeu prétendument physique de la franchise new-yorkaise.

«Ils essaient de jouer dur physiquement, mais s’ils étaient vraiment durs, on aurait plus de problèmes, a déclaré le Genevois. Ils essaient, mais ça ne marche pas. Ils nous bousculent et nous chambrent. Mais on peut aussi le faire et on l’a démontré. On peut chambrer aussi, et tu vas faire quoi? On gagne de cette manière, et tu vas faire quoi? Maintenant, on vient jouer chez vous et on va vous envoyer en vacances.»

Le Genevois en veut précisément à Julius Randle. La star des Knicks avait envoyé un coup de coude au joueur d’Atlanta Danilo Gallinari lors l’acte IV, gagné 113-96 par les Hawks.

«Un joueur vedette n’a pas à faire des mauvais gestes comme ça. Oui, c’était un sale coup. Qu’il l’ait fait pour se venger ou non, c’est n’est pas comme ça qu’on joue dur», a expliqué Capela.

«Pourquoi je me soucierais de ce que dit Capela?»

Julius Randle, joueur des New York Knicks.

Les propos du pivot ont fait parler jusque dans le vestiaire des Knicks. Principal joueur visé par les critiques de Capela, Julius Randle a réagi à sa manière.

«Je viens de l’entendre. On n’y pense pas. On pense à ce qu’on doit faire en équipe. Si tu veux me dire ce que je dois faire, c’est super. Mais pourquoi je me soucierais de ce que dit Capela?» a sèchement répondu Randle.

Ancien MVP de NBA, le meneur des Knicks Derrick Rose ne semble quant à lui pas vraiment affecté par «l’affaire Capela».

«J’ai 32 ans. Je n’ai jamais insulté personne et je ne vais pas commencer parce que Clint Capela dit des choses sur nous. Tu ne peux pas m’intimider. Je suis trop vieux pour ça», a conclu Rose.

Voilà de quoi mettre un peu de piment avant l’acte V, potentiellement décisif pour les Hawks, et qui aura lieu au Madison Square Garden dans la nuit de ce mercredi à jeudi (1h30 en Suisse).

Ton opinion