NBA: Capela: «Je vais bosser comme un fou cet été»
Actualisé

NBACapela: «Je vais bosser comme un fou cet été»

Passées les premières émotions de la draft, le deuxième Romand en NBA Clint Capela a déjà dû penser à son avenir. Houston: une bonne destination?

par
Grégory Beaud
New-York
Clint Capela a été sélectionné par Houston

Clint Capela a été sélectionné par Houston

La saison dernière, la formation texane a été éliminée au premier tour des play-off par les Portland Trail Blazers. «J'ai regardé quelques matches, c'était chaud pour eux», a rigolé Clint Capela. Dans une équipe qui regorge de stars telles que Dwight Howard (8 x All-star) ou James Harden (2 x All-star), le deuxième Suisse drafté aura une carte à jouer. L'opportunité de faire sa place est bel et bien réelle. «Houston vient de transférer Omer Asik, un intérieur, a remarqué Bouna Ndiaye, l'agent de Clint Capela. Il y aura de la place pour lui.»

Premier arrêt: Las Vegas

L'homme de l'ombre est particulièrement satisfait de la destination de son «poulain». «Houston est une équipe qui gagne, remarque-t-il. Et les joueurs progressent toujours plus lorsqu'ils sont dans un environnement positif. On n'avance pas aussi vite en ne remportant que 10 ou 15 matches par année.» Qui dit victoire, dit forcément attentes supérieures. Mais Clint Capela ne s'en formalise pas. «Je vais bosser comme un fou durant cet été, a-t-il détaillé. Je vais essayer de devenir plus athlétique. Dans cette ligue, c'est important. Je sais que je suis arrivé nulle part pour l'instant. Je dois continuer à travailler.»

Concrètement, Clint Capela va se rendre dès vendredi à Houston pour y faire ses premiers pas en tant que membre de l'organisation. Son premier match sous le maillot des Rockets devrait avoir lieu le 12 juillet, lors de la traditionnelle Summer League de Las Vegas. Dans le Nevada, sa future équipe disputera au minimum trois rencontres. «Ensuite, je risque de revenir en Suisse pour me ressourcer un peu», a-t-il rigolé. Ce programme l'empêchera de défendre les couleurs de la Suisse durant l'été.

Une petite incertitude pourrait toutefois entourer la franchise texane. Alors qu'ils sont en mesure de pouvoir s'engager dans des discussions avec des superstars telles que LeBron James ou Carmelo Anthony, Clint Capela pourrait voir son futur salaire - 1,03 million - être un problème pour de complexes raisons de masse salariale. Les Rockets pourraient vouloir l'envoyer une année de plus en Europe afin de contourner ce problème. «Moi je veux jouer en NBA», a balayé le principal intéressé. Inquiétude qui n'empêchera pas son agent de dormir non plus: «Clint peut leur apporter quelque chose à l'intérieur. Pour moi, ce n'est pas un souci.» Dans le camp Capela, on songe plus au Texas qu'à l'Europe. A raison sans doute.

Ton opinion