Vatican: Cardinaux opposés à une ouverture sur les divorcés
Actualisé

VaticanCardinaux opposés à une ouverture sur les divorcés

Menés par Mgr Gerhard Ludwig Müller, cinq cardinaux conservateurs signent un livre intitulé «Rester dans la vérité du Christ», et s'opposent à toute ouverture de l'Eglise catholique sur la question des divorcés remariés.

Cinq cardinaux s'opposent fermement à toute ouverture de l'Eglise catholique sur la question des divorcés remariés. Ils ont publié un livre qui doit sortir quelques jours avant le synode des évêques sur la famille, rapportent mercredi des médias italiens.

Menés par Mgr Gerhard Ludwig Müller, ces cardinaux conservateurs signent ce livre intitulé «Rester dans la vérité du Christ», qui doit sortir le 1er octobre. Le prélat allemand est préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le garant du dogme catholique.

Selon Robert Dodaro, éditeur du livre, les cardinaux «sont unis pour maintenir fermement que le Nouveau Testament nous montre que le Christ interdit sans ambiguïté le divorce et le remariage». «Même s'il peut y avoir des transgressions occasionnelles, elles restent des transgressions et ne peuvent être des modèles à suivre», assure-t-il dans l'introduction du livre.

Le divorce n'existe pas

A l'invitation du pape François, plus de 250 évêques, délégués et experts du monde entier doivent débattre des défis de la famille et du mariage religieux. Le synode est prévu du 5 au 19 octobre.

Jorge Mario Bergoglio a confié ce chantier au cardinal allemand Walter Kasper. Cet homme ouvert sur ces questions cristallise les attentes des novateurs et les crispations des traditionalistes.

Pour l'Eglise, le sacrement du mariage est indissoluble et le divorce n'existe pas: un remariage constitue donc une infidélité chronique envers le premier partenaire.

François donne le ton

Mais François, tout en restant ferme sur la doctrine, souhaite une approche plus ouverte et réaliste. «Quand l'amour échoue, car souvent il échoue, nous devons entendre la douleur de cet échec, accompagner les personnes (...). Ne condamnez pas», a-t-il lancé en février.

Il a également donné le ton en choisissant dimanche de marier vingt couples romains qui n'avaient pas tous respecté les instructions de l'Eglise: l'un avait vu un premier mariage annulé, son épouse était mère célibataire, d'autres avaient cohabité avant le mariage... (ats)

Ton opinion