Coupe du monde: Carlos Queiroz confronte une journaliste de la BBC

Publié

Carlos Queiroz confronte une journaliste de la BBC avant Iran-Pays de Galles

Avec les révoltes populaires qui secouent le pays, l’ambiance est très tendue dans le camp iranien durant cette Coupe du monde. Le sélectionneur s’en est pris personnellement à une journaliste en conférence de presse d’avant-match.

par
Jonathan Amorim Machado
Carlos Queiroz, sélectionneur portugais de l’équipe nationale iranienne

Carlos Queiroz était énervé à l’issue de la conférence de presse qui a précédé la rencontre entre l’Iran et le Pays de Galles. Le sélectionneur portugais de la Tim melli a confronté la journaliste de la BBC Shaimaa Khalil lui reprochant ses questions sur les protestations en Iran à son attaquant Mehdi Taremi. Il lui a demandé notamment pourquoi elle n'interrogeait pas le sélectionneur de l'Angleterre Gareth Southgate sur la politique britannique en Afghanistan : «Pourquoi ne posez-vous pas des questions à d'autres entraîneurs ? Pourquoi ne demandes-tu pas à Southgate : que pensez-vous de l’Angleterre et des USA qui ont laissé l’Afghanistan et toutes les femmes seules?.»

Une mêlée de journalistes s’est ensuite formée autour de l’entraineur et de la journaliste avant que l’ancien entraineur du Real Madrid ne quitte la pièce. Shaimaa Khalil a tenté de répondre et de se justifier, en vain. 

C’est déjà le deuxième épisode médiatique tendu de Carlos Queiroz qui s’était déjà illustré après la défaite contre l’Angleterre en affirmant que les supporters iraniens qui n’étaient pas là pour encourager son équipe pouvaient «rester à la maison».

La relation est actuellement difficile entre l’équipe nationale iranienne et ses supporters, certains accusant les joueurs de soutenir le régime au pouvoir. Lors du premier match, les hommes de Carlos Queiroz sont restés muets pendant l’hymne national pour démontrer symboliquement leur soutien à leurs compatriotes. En conférence de presse après le match, le capitaine Ehsan Hajsafi avait même défié le régime en affirmant publiquement que «la situation était mauvaise, que le peuple iranien souffrait et qu’ils étaient de tout cœur avec lui.» Dans ce contexte, le match contre le Pays de Galles parait terriblement anecdotique.

Ton opinion