Boissons : Carlsberg risque une forte gueule de bois en 2015
Actualisé

Boissons Carlsberg risque une forte gueule de bois en 2015

Le brasseur danois a vu son bénéfice reculer en 2014, touché par la chute du rouble qui est la monnaie de son premier marché. Le groupe a indiqué mercredi que l'année 2015 serait encore difficile pour lui.

Le bénéfice net du groupe a diminué de 5% à 5,50 milliards de couronnes (790 millions de francs). Le chiffre d'affaires est lui resté pratiquement stable à 64,51 milliards de couronnes. Carlsberg a souligné «l'incidence importante sur les bénéfices de la faiblesse du rouble et des difficultés du marché» en Russie et dans les autres pays de la CEI.

La Russie est le pays le plus important du groupe danois, maison mère du premier brasseur national Baltika. Or Carlsberg, qui vend 38% de la bière consommée par les Russes, estime que le volume global du marché s'est contracté de 7% dans l'année, presque autant qu'en Ukraine (-8%).

Le groupe a souligné que cet effondrement avait été «plus que compensé» par «de fortes performances à périmètre et changes constants» dans le reste de l'Europe et en Asie.

Si la marque Carlsberg progresse peu (1% de croissance des ventes en 2014), d'autres s'internationalisent avec succès: par ordre d'importance Tuborg ( 24%), Somersby ( 43%), Kronenbourg et 1664 ( 9%) et Grimbergen ( 27%).

Mêmes tendances en 2015

L'année 2015 prolongera les mêmes tendances, selon la direction. L'Union européenne et l'Asie devraient «poursuivre leur évolution positive», tandis que «la diminution attendue du PIB et la baisse des monnaies de la Russie et de l'Ukraine imposeront une pression considérable sur les performances globales du groupe».

Au quatrième trimestre 2014, où le bénéfice net a chuté de 85% à 168 millions de couronnes, Carlsberg a signé de moins bons résultats opérationnels que ne le prévoyaient les analystes interrogés par Bloomberg.

Le groupe danois a par ailleurs annoncé la retraite de son directeur général Jørgen Buhl Rasmussen, qui doit être remplacé en juin par le Néerlandais Cees 't Hart, patron du groupe de produits laitiers Royal FrieslandCampina.

Feldschlösschen en léger recul

En Suisse, Feldschlösschen, contrôlé par Carlsberg depuis 2000, a pour sa part présenté une évolution légèrement négative l'an dernier. Le brasseur argovien, qui produit, outre sa marque éponyme, Cardinal, Warteck et Bière valaisanne, a vu son chiffre d'affaires reculer de 1,7% sur un an.

Les volumes de bière écoulés sur un marché suisse «très concurrentiel» ont également fléchi, de 1,2% par rapport à 2013, note mercredi le numéro un du secteur. Sur le plan de la rentabilité, le brasseur argovien n'a pas pu atteindre les objectifs «très ambitieux» qu'il s'était fixés pour 2014.

A l'avenir, Feldschlösschen souhaite croître en proposant une plus vaste gamme de bières de garde novatrices, avec des offres exclusives pour la restauration. La société, qui emploie 1300 collaborateurs en Suisse, entend également continuer à développer son segment «boissons». (ats)

Ton opinion