Etats-Unis: Carte blanche pour expulser les clandestins
Actualisé

Etats-UnisCarte blanche pour expulser les clandestins

Le message du nouveau pouvoir est clair. A part les sans-papiers arrivés enfants sur le territoire, personne n'est à l'abri.

1 / 149
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)

Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)

Keystone
La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

La Chine a annoncé, en pleine escalade de la guerre commerciale avec Washington, avoir infligé une amende anti-monopole de 23,3 millions francs à une co-entreprise du constructeur automobile américain Ford. (Mercredi 5 juin 2019)

Keystone

Les clandestins qui bénéficiaient de l'indulgence des autorités américaines sous l'administration Obama ont été prévenus mardi: presque aucun n'est désormais à l'abri, selon de nouvelles consignes édictées par le gouvernement de Donald Trump.

Concrétisant les promesses de campagne du milliardaire républicain et un décret du 25 janvier, le département de la Sécurité intérieure a autorisé mardi les agents d'immigration et de douane à interpeller la plupart des personnes en situation irrégulière qu'ils rencontreraient dans l'exercice de leurs fonctions, ne faisant une exception explicite que pour les sans-papiers arrivés enfants sur le territoire, les «Dreamers».

La nouvelle a intensifié les craintes des immigrés sans-papiers à travers le pays, alors que des cas récents d'arrestations en pleine rue ont semé le trouble parmi ceux qui s'estimaient jusqu'à présent immunisés contre une expulsion.

L'opposition fulmine

«Ce dramatique changement de politique est une preuve évidente de l'intérêt de l'administration Trump à déchirer des familles et à répandre la peur parmi les communautés d'immigrants», a pointé le maire de New York Bill de Blasio. «Le président a choisi les politiques de la division plutôt que la sécurité de notre pays», a-t-il ajouté, prévenant que les policiers new-yorkais «ne se transformeront pas en agents d'immigration».

L'opposition démocrate au Congrès et les associations de défense des sans-papiers ont dénoncé une politique «d'expulsions de masse», un terme contesté par l'exécutif. Ils affirment que des immigrés cesseront d'aller à l'école ou au travail par peur d'une arrestation.

«Les tribunaux et le public ne laisseront pas ce rêve anti-américain devenir réalité», a prévenu Omar Jadwat, de l'ONG de défense des droits civiques ACLU.

Vent de panique

Près de Washington, des agents des services d'immigration ICE ont arrêté ces dernières semaines des personnes en situation irrégulière sur le parking d'un supermarché, ou encore près d'un refuge contre le froid géré par une église. A Denver, une femme s'est réfugiée à l'intérieur d'une église pour échapper à un ordre d'expulsion.

Il est impossible aux autorités d'expulser immédiatement les plus de 11 millions de sans-papiers. En pratique, les fonctionnaires auront toujours comme consigne de cibler en priorité les délinquants et les criminels.

Mais alors que Barack Obama avait priorisé les personnes venant de traverser la frontière ou condamnées pour des crimes ou délits graves, il sera désormais laissé à la libre appréciation des fonctionnaires l'évaluation du danger posé par un étranger à l'ordre public ou à la sécurité nationale.

Les personnes poursuivies pour des délits mais pas condamnées, ou ayant obtenu des aides publiques frauduleusement, sont également spécialement ciblées.

La procédure d'expulsion accélérée, sans passer par la case justice, sera élargie à ceux arrivés depuis moins de deux ans (contre deux semaines auparavant), afin de désengorger les tribunaux d'immigration. Les effectifs des douanes et de la lutte contre l'immigration clandestine seront accrus substantiellement. Le message du nouveau pouvoir est qu'à part les «Dreamers», personne n'est à l'abri.

Dreamers protégés

«La priorité, ce sont ceux qui représentent une menace pour ce pays», a ajouté Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, estimant à un million le nombre de gens ayant déjà reçu d'un juge une obligation de quitter le territoire. «Trop longtemps, les agents d'immigration et des douanes ont eu les mains liées», a-t-il dit.

Mais Donald Trump a, pour l'instant, décidé de ne pas s'en prendre aux sans-papiers arrivés jeunes aux Etats-Unis, et qui ont obtenu un permis temporaire grâce au programme Daca, créé en 2012 par Barack Obama. A ce jour, environ 750'000 personnes en bénéficient.

Le sort de ces «Dreamers» divise depuis des années les républicains, entre les réalistes qui reconnaissent la légitimité de leurs demandes de régularisations, et les conservateurs partisans d'une ligne dure, inquiets de l'appel d'air potentiel de toute «amnistie».

Rencontre Tillerson-Nieto

Donald Trump lui-même a exprimé sa compassion à l'égard de ces jeunes gens, qui peuvent aujourd'hui travailler légalement sans craindre d'être expulsés.

«Nous traiterons Daca avec coeur», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse jeudi dernier. «La situation de Daca est très, très difficile pour moi car j'aime ces enfants, j'aime les enfants, j'ai des enfants et des petits-enfants. Et je trouve que ce que la loi (actuelle, ndlr) dit est très difficile».

Une rencontre est prévue jeudi entre le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly et le président mexicain Enrique Peña Nieto. Ils devraient discuter notamment de la sécurité à la frontière et de la coopération policière. (nxp/ats)

Un Mexicain se suicide après avoir été expulsé des Etats-Unis

Un Mexicain s'est suicidé quelques minutes seulement après avoir été expulsé des Etats-Unis, se jetant du haut d'un pont à Tijuana, au nord-ouest du Mexique.

Selon les documents d'identité retrouvés sur le corps, il était natif de l'Etat de Sinaloa, dans le nord-ouest du Mexique, un Etat déchiré par les violences liées au narcotrafic.

Selon des témoins, cet homme semblait très «angoissé après avoir été expulsé dans cette ville où il ne connaissait personne», a relaté à l'AFP un pompier.

Milo Yiannopoulos démissionne de Breitbart

Un rédacteur en chef de Breitbart News et grand défenseur de Donald Trump, a annoncé mardi sa démission du site d'informations après la controverse suscitée par de récents propos semblant justifier la pédophilie. Même pour cet habitué de la provocation qui multiplie les scandales sur la très controversée plateforme d'informations, cette dernière diatribe a été de trop. Le journaliste britannique trentenaire, figure de l'«alt-right», ce mouvement américain en faveur des Blancs et contre le politiquement correct qui a propulsé Donald Trump au pouvoir, a annoncé lors d'une conférence de presse à New York qu'il démissionnait de Breitbart, «avec effet immédiat».

Le site d'informations fut dirigé pendant des années par Steve Bannon, devenu le très influent et proche conseiller du président américain. Milo Yiannopoulos a été emporté par la polémique générée par une interview diffusée sur internet ce week-end, dans laquelle il a insinué que les relations sexuelles avec les adolescents étaient acceptables. Il y assurait notamment que la pédophilie ne devrait valoir que pour une attirance pour les moins de 13 ans, «les enfants qui n'ont pas atteint la puberté».

Ce spécialiste des nouvelles technologies est coutumier des déclarations incendiaires contre les musulmans, les immigrés ou les droits des femmes. Il avait été banni de Twitter en juillet dernier après avoir encouragé les attaques contre l'actrice noire Leslie Jones.

(NewsXpress)

Ton opinion