Coronavirus – Cas en hausse, quarantaines, absences, la Suisse se prépare

Publié

CoronavirusCas en hausse, quarantaines, absences, la Suisse se prépare

Le niveau inédit du nombre d’infections au Covid-19 et de nouvelles règles de quarantaine pour les personnes vaccinées font craindre un chaos généralisé ces prochains jours.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

20min/Simon Glauser

La Task Force scientifique de la Confédération prévoit que la Suisse dépasse début janvier les 20’000 cas de contamination au Covid-19 par jour à cause du variant Omicron. Pour freiner cette vague, les spécialistes préconisent par exemple un retour des fermetures des restaurants et des bars, mais aussi l’obligation de quarantaine pour les cas contacts doublement vaccinés, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Rien n’est encore décidé, mais cette dernière mesure fait craindre une pénurie de personnel disponible dans des secteurs essentiels au fonctionnement de la société. Des politiciens et les milieux économiques, au contraire de la Task Force, seraient même pour réduire le temps de quarantaine, pour éviter de paralyser l’économie.

«Envoyer des personnes doublement vaccinées en quarantaine uniquement parce qu’elles n’ont pas obtenu de rendez-vous pour la dose rappel est une discrimination inacceptable», s’insurge par exemple le conseiller national PLR Marcel Dobler dans «20 Minuten» ce jeudi.

Un «problème encore plus important»

L’élu ajoute que si les personnes ayant reçu deux doses, mais pas le booster, devaient être mises en isolement «le maintien de l’infrastructure et des services de base deviendrait un problème encore bien plus important» que la pandémie elle-même. De son côté, la conseillère nationale PS Yvonne Feri dit comprendre que la quarantaine pour les personnes doublement vaccinées puisse être un moyen efficace pour freiner la propagation du virus.

«Mais les personnes vaccinées se demandent de plus en plus pourquoi elles sont menacées pratiquement des mêmes mesures que les personnes non vaccinées», nuance-t-elle. La politicienne juge aussi qu’il faudrait éviter un absentéisme trop important. «Un chaos nous menace d’une manière ou d’une autre avec Omicron, car de nombreuses personnes tomberont malades et seront absentes en même temps». Si, en plus, des personnes vaccinées devaient rester à la maison en tant que cas contacts, des pénuries ne pourraient plus être évitées, conclut-elle.

La Suisse est prête

L’économie suisse et les infrastructures en Suisse sont pourtant préparées à faire face à ces difficultés peut-on lire dans la «NZZ» ce jeudi. Rudolf Hauri, président de l’Association des médecins cantonaux suisses, l’a rappelé mardi lors de la conférence de presse de l’OFSP, le nombre de personnes qui sont en incapacité de travail à cause du Covid «est à relativiser» car toutes ne sont pas actives professionnellement, notamment les enfants.

La présidente de la Task Force, Tanja Stalder avait aussi estimé mardi que même avec 20’000 cas par jour, le fonctionnement du pays ne serait pas menacé. Plusieurs entreprises actives dans des services essentiels disent au journal alémanique être prêtes à affronter le choc en cas de besoin. Les CFF affirment être préparés «à réagir rapidement», le fournisseur d’électricité Swissgrid dit pouvoir gérer le réseau sur plusieurs sites et avoir formé des collaborateurs spécifiquement à ce genre de situation depuis le début de la pandémie.

Le quotidien zurichois rappelle aussi que l’armée ou la Protection civile sont prêtes à venir en aide aux cantons et aux hôpitaux en cas de besoin. Il est aussi écrit que le potentiel d’engagement de volontaires pour renforcer le personnel dans les secteurs décimés est encore grand, à l’instar du canton de Vaud qui avait lancé un appel avant Noël pour soutenir son système de soins.

(jba)

Ton opinion

418 commentaires