Actualisé 24.07.2009 à 05:45

Coup d'Etat au Honduras

Castro propose avec ironie le Nobel pour Clinton

Le leader communiste cubain Fidel Castro a proposé avec ironie que soit décerné un prix Nobel à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton pour le rôle qu'elle joue selon lui dans le putsch au Honduras.

Dans un commentaire publié vendredi dans la presse locale, l'ancien président cubain estime, avec la même ironie, «géniale» «l'idée yankee de penser» à Oscar Arias, président du Costa Rica et ancien prix Nobel, pour être médiateur dans la crise hondurienne «afin de gagner du temps, de consolider le putsch et de démoraliser les organisations internationales appuyant» le président destitué du Honduras Manuel Zelaya.

Fidel Castro avait déjà accusé jeudi M. Arias, prix Nobel de la paix en 1987 pour son rôle dans la résolution des conflits civils en Amérique centrale, d'être sous la coupe des Américains.

«Les putschistes se déplacent déjà dans les sphères oligarchiques d'Amérique latine, dont certaines (...) n'ont pas honte de parler de leurs sympathies pour le coup d'Etat», poursuit Fidel Castro, bientôt 83 ans.

«C'est exactement ce que désiraient les Etats-Unis avec cette initiative de paix, alors qu'ils accéléraient les négociations pour entourer de bases militaires» le Venezuela, affirme encore le Père de la Révolution cubaine et ennemi déclaré de l'«impérialisme» américain depuis un demi-siècle.

«Il faut être justes, et pendant que nous espérons le dernier mot du peuple du Honduras, nous devons demander un Prix Nobel pour Mrs. Clinton», conclut Fidel Castro.

Manuel Zelaya a été chassé du Honduras par l'armée le 28 juin. Un gouvernement de facto a été mis en place qui n'est pas reconnu par la communauté internationale.

Le président américain Barack Obama a condamné le coup d'Etat, déclarant considérer toujours M. Zelaya comme le président constitutionnel du Honduras.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!