Actualisé 26.04.2008 à 13:35

Catastrophe de Tchernobyl: 22 ans après

L'Ukraine a rendu hommage samedi aux milliers de victimes de la catastrophe de Tchernobyl.

Vingt-deux ans après l'accident dans la centrale nucléaire, les autorités ont rappelé qu'il s'agissait d'un drame «planétaire».

Dans la nuit de vendredi à samedi, une centaine d'Ukrainiens, dont le président Viktor Iouchtchenko et d'autres hauts responsables nationaux, ont déposé des gerbes devant un monument aux victimes de Tchernobyl à Kiev et allumé des cierges lors d'un office religieux consacré à cette tragédie.

A Slavoutitch, une petite ville située à 50 km de la centrale où vivait une bonne partie de son personnel, l'événement a été commémoré par une veillée nocturne.

«La catastrophe de Tchernobyl est devenue planétaire et continue jusqu'à maintenant à faire des dégâts sur la santé des gens et l'environnement», a souligné le ministère de la santé dans un communiqué.

26 avril 1986

Le 26 avril 1986, à 01h23 le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl situé dans le nord de l'Ukraine, près de la frontière russe et bélarusse, explosait, contaminant une bonne partie de l'Europe, mais surtout ces trois pays, alors républiques de l'URSS.

Plus de 25 000 «liquidateurs» de la catastrophe, essentiellement Russes, Ukrainiens et Bélarusses qui ont effectué divers travaux, dont la construction d'un sarcophage autour du réacteur accidenté, sont décédés, selon des estimations officieuses.

Un bilan de l'ONU en septembre 2005 avait estimé à 4000 le nombre de décès avérés ou à venir en Ukraine, au Bélarus et en Russie par suite de cancers, mais il avait été très contesté par de nombreuses ONG.

Officiellement, rien qu'en Ukraine 2,3 millions de personnes sont considérées comme «ayant souffert à la suite de la catastrophe».

Cancers de la thyroïde

Quelque 4400 Ukrainiens, enfants ou adolescents au moment de la catastrophe, ont été opérés entre 1986 et 2006 pour des cancers de la thyroïde, conséquence la plus évidente de la radiation, selon le ministère de la santé.

Brandissant une pancarte où était écrit «Ne construisez pas un nouveau Tchernobyl, économisez l'énergie», une dizaine de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Kiev contre le nucléaire.

La centrale de Tchernobyl, dont un dernier réacteur continuait à produire de l'électricité, a été fermée définitivement seulement en décembre 2000. Mais avec son sarcophage fissuré qui recouvre quelque 200 tonnes de magma radioactif composés de combustible nucléaire, elle demeure une menace constante.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!