01.09.2015 à 17:21

Begnins (VD)

Cauchemar à la ferme après un sixième incendie

Une étable a été ravagée par les flammes, mardi. Ce nouveau sinistre s'ajoute à une série noire qui a débuté en 2002.

de
Caroline Gebhard

Le regard sombre, ils assistaient, impuissants, à l'évacuation des carcasses de leurs bêtes devant des décombres fumants, mardi après-midi. Le cauchemar dans lequel ils ont plongé il y a treize ans se poursuit pour Maxime Fontolliet et Albert Burnet. Pour la sixième fois, ils ont vu une partie de leur domaine partir en fumée. Dans la nuit de lundi à mardi, les flammes ont ravagé une étable, emprisonnant une dizaine de bovins. La police a dû se résoudre à les abattre pour mettre fin à leurs souffrances.

Beau-père de Maxime Fontolliet, Albert Burnet est également son associé. Depuis qu'ils exploitent conjointement leurs domaines respectifs, le sort s'acharne sur eux. De là à penser que quelqu'un leur en voudrait? «Il faut bien le croire puisque c'est toujours nous qui sommes visés, soupire Albert Burnet. Depuis que nous travaillons ensemble, nous n'avons eu que des problèmes.» Avec l'incendie de mardi, le plus jeune a été sinistré à cinq reprises et son aîné une fois, en 2010. De précédentes enquêtes, qui ont conclu à des actes intentionnels, n'ont jamais permis de démasquer le coupable.

Jusque-là, les deux associés ont toujours trouvé la force de continuer à avancer. Mardi, il était trop tôt pour penser à un quelconque avenir. «On ne sait pas ce qu'il y a eu. Pour l'instant, on est en train de passer la journée et d'évacuer ce qu'il faut», soulignait l'épouse de Maxime Fontolliet, résignée.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!