Formule 1: Ce championnat «sera l'un des plus serrés»

Actualisé

Formule 1Ce championnat «sera l'un des plus serrés»

Lewis Hamilton a remporté dimanche le Grand Prix de Chine, deux semaines après la victoire inaugurale de Sebastian Vettel.

1 / 24
Lewis Hamilton (Mercedes) a balayé l'hypothèse selon laquelle il pourrait être sacré champion du monde de F1 dès le Grand Prix des Etats-Unis, dimanche. (Jeudi 19 octobre 2017)

Lewis Hamilton (Mercedes) a balayé l'hypothèse selon laquelle il pourrait être sacré champion du monde de F1 dès le Grand Prix des Etats-Unis, dimanche. (Jeudi 19 octobre 2017)

AFP
Lewis Hamilton (Mercedes) a dominé le Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone. Le triple champion du monde anglais a signé la 57e victoire de sa carrière en formule 1 après avoir mené d'un bout à l'autre.

Lewis Hamilton (Mercedes) a dominé le Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone. Le triple champion du monde anglais a signé la 57e victoire de sa carrière en formule 1 après avoir mené d'un bout à l'autre.

Keystone
Le Britannique Lewis Hamilton a décroché samedi la 67e pole position de sa carrière en F1 au Grand Prix de Grande-Bretagne, sur le circuit de Silverstone, se portant à une unité du record de l'Allemand Michael Schumacher.

Le Britannique Lewis Hamilton a décroché samedi la 67e pole position de sa carrière en F1 au Grand Prix de Grande-Bretagne, sur le circuit de Silverstone, se portant à une unité du record de l'Allemand Michael Schumacher.

AFP

Vainqueur du Grand Prix de Chine dimanche six secondes devant son concurrent de Ferrari Sebastian Vettel, Lewis Hamilton (Mercedes) prédit que ce championnat «va être l'un des plus serrés, si ce n'est le plus serré auquel j'ai participé».

Vous êtes à égalité de points avec Vettel après deux Grand Prix. Ce championnat s'annonce-t-il très serré?

«Je crois que ça va être l'un des plus serrés, si ce n'est le plus serré auquel j'ai participé et j'ai hâte de pouvoir en découdre non seulement avec Sebastian (Vettel) mais aussi avec les autres gars qui vont se mêler à la lutte. On disait justement qu'on a tous les deux poussé à fond. Ces 20 derniers tours on se rendait coup pour coup. Je n'arrêtais pas de demander ses temps pour que je puisse faire pareil et il se rapprochait peu à peu, mais j'ai réussi à rester en tête.»

Qui avait la voiture la plus rapide aujourd'hui, Mercedes ou Ferrari?

«Comme je l'ai dit, c'est très, très serré et il y a eu des moments où Sebastian a réalisé des tours, c'était compliqué de s'approcher de son temps. Dans les 12 derniers tours c'était très dur d'arriver à son niveau. Après il y a eu d'autres moments dans la course où j'étais le plus rapide.»

Vous pensez que les conditions climatiques vous ont avantagé?

«Quand vous avez un circuit qui au début est mouillé et ensuite sec, ce sont des circonstances particulièrement stimulantes. Ça rajoute juste du plaisir et une part de loterie, vos décisions, votre conduite, le choix de vos pneus comptent. (Au sujet du Grand Prix de Barheïn dimanche prochain) C'est souvent une course plus chaude, Ferrari est très bonne dans ces conditions. Aujourd'hui les conditions étaient pas mal pour moi avec notre voiture. Quand la température monte, jusqu'à présent ça n'a pas été génial pour nous. Mais ce sera sûrement meilleur qu'à Melbourne.» (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion