Actualisé 22.04.2020 à 10:12

Coronavirus au Royaume-Uni

Ce lagon a été teint en noir pour faire fuir les visiteurs

Pour éviter que les gens ne continuent d'affluer sur un site hautement «instagrammable» en pleine période de confinement, la police a sorti la teinture.

de
joc

La moitié de la planète a beau être confinée, certains cherchent encore à épater la galerie sur les réseaux sociaux avec des paysages à couper le souffle. La police de Buxton, au centre de l'Angleterre, le sait bien: l'ancienne carrière de calcaire de Harpur Hill est un lieu très prisé des instagrammeurs. Ils raffolent de son eau turquoise, qui vaut au site le joli surnom de «Blue Lagoon» (lagon bleu).

Constatant que les visiteurs continuaient de venir malgré les consignes de confinement, les autorités ont pris les choses en main, écrit CNN. «Nous nous sommes rendus sur place ce matin et avons utilisé de la teinture pour rendre l'eau moins attirante. S'il vous plaît, restez chez vous», a annoncé la police locale sur Facebook, mercredi dernier.

Devenues noires, les eaux de Harpur Hill ont en effet perdu leur pouvoir de séduction. Ce n'est pas la première fois que les autorités recourent à de la teinture sur ce site. Attirés par la beauté du lieu, les visiteurs sont parfois tentés de piquer une tête dans cette eau, qui n'a en réalité rien de féerique. En effet, elle contient des produits chimiques toxiques et son pH est de 11,3. A titre de comparaison, le pH de l'eau de Javel tourne autour de 12.

Des panneaux disposés un peu partout sur le site avertissent les touristes que des voitures, des animaux morts et des déchets jonchent le fond du lagon. Mais comme cela ne suffit pas, la police teint parfois l'eau en noir.

«Le même chemin que la France»

Le Royaume-Uni, qui a pris des mesures de confinement il y a environ une semaine, a enregistré officiellement 22'141 cas positifs de Covid-19. Et 1408 personnes en sont décédées à l'hôpital, selon les derniers chiffres publiés lundi par les autorités sanitaires. La courbe de la pandémie «suit le même chemin que la France», a expliqué le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance. Il est «prématuré» de se prononcer sur une date d'allègement des mesures de confinement, a-t-il ajouté.

Les autorités sanitaires britanniques anticipent une poursuite de la hausse du nombre d'hospitalisations «pendant au moins deux ou trois semaines, avant une stabilisation et une baisse graduelle», a-t-il poursuivi, rappelant que l'objectif est de rester sous la capacité d'accueil des services de soins intensifs.

Selon le Royal College of Physicians, un quart des médecins du système britannique public de santé, le NHS, est hors du circuit, malade ou à l'isolement. (joc/afp)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!