inclusion - Ce mannequin bouscule les préjugés contre les Amérindiens
Quannah Chasinghorse lors du défilé Prabal Gurung à New York.

Quannah Chasinghorse lors du défilé Prabal Gurung à New York.

Getty Images for NYFW: The Shows
Publié

inclusionCe mannequin bouscule les préjugés contre les Amérindiens

Quannah Chasinghorse est activiste du climat. Elle a défilé pour la première fois à la Fashion Week et a participé à son premier MET Gala.

par
Lauren Cavin-Hostettler

«C'est incroyable d'avoir pu représenter les peuples autochtones d'Amérique», s'est réjouie Quannah Chasinghorse dans «Vogue», après son premier MET Gala. Elle est l’un des nouveaux visages de la mode américaine, dans un pays qui a longtemps invisibilisé les tribus amérindiennes.

Lundi soir au MET Gala, elle portait une robe lamée Peter Dundas et une multitude de bijoux en argent et en turquoise de la créatrice Navajo Jocelyn Billy-Upshaw. De nombreux internautes ont d’ailleurs salué son interprétation du thème: le style américain.

Sur le visage, elle porte les tatouages traditionnels qu'a réalisé sa mère, les Yidįįłtoo. «Les lignes représentent le dépassement de traumatismes générationnels», explique-t-elle dans le numéro d'octobre de «Vogue».

Premiers défilés

Âgée de 19 ans, Quannah Chasinghorse est activiste du climat avant d'être mannequin. Originaire des tribus Gwich’in (Alaska) et Sicangu/Oglala Lakota (Dakota du Sud), elle a été repérée sur les réseaux sociaux lors de sa bataille pour la conservation d'une réserve en Alaska. En 2020, elle participe à une campagne de Calvin Klein pour inciter les jeunes à voter pour la présidentielle américaine, puis signe au sein de l'agence IMG Models.

Lors de la Fashion Week de New York, elle est choisie par le créateur népalais Prabal Gurung pour son premier défilé. À cette occasion, elle est vêtue d’une robe courte en plumes vertes et roses. La créatrice uruguayenne Gabriela Hearst, qui présente à New York sa propre griffe, a également fait appel à la jeune femme pour ouvrir et fermer son défilé printemps-été 2022, tout comme Jonathan Simkhai.

Lire aussi: «Naiomi Glasses, skateuse navajo en tenue traditionnelle»

Ton opinion

7 commentaires