Sponsored: Ce que nous pouvons tous faire contre le harcèlement de rue
Pexels
Publié

SponsoredCe que nous pouvons tous faire contre le harcèlement de rue

78% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel dans les lieux publics. En partenariat avec L'Oréal Paris et l'ONG Hollaback!, nous vous présentons un programme pour vous défendre dans une telle situation ou pour porter secours à une victime.

par
Irène Schäppi

Je m’en souviens comme si c'était hier. C’était peu avant 19 heures et j’étais debout dans le tram 8 à Zurich. Il était bondé et j’avais les bras chargés: je portais mon tapis de yoga, un sac de sport et mon sac à main. Soudain, j’ai senti une main sur mes fesses. Quand je me suis retournée, j’ai vu un homme âgé qui se tenait derrière moi, qui haussait les épaules en me disant: «Il n'y a pas de place, n'est-ce pas?» Je lui ai répondu: «Ça va pas, la tête?» Il est devenu agressif et m’a rétorqué: «Pauvre greluche, c'est de ta faute si tu prends autant de place!» Et là, je ne cite que la moins grave de ses invectives.

Personne n’est intervenu

Cet individu ne s’est pas justifié ni même excusé pour son geste déplacé. Au contraire, les insultes ont redoublé: «Espèce de salope stupide! Tu ne devrais pas te la raconter avec ce pantalon moulant!» J’aurais voulu vous épargner la lecture de ces mots. Pourtant ce sont ceux que j'ai dû encaisser.

Pendant ce temps dans le tram, les autres passagers étaient, comme par hasard, très occupés avec leur smartphone ou absorbés par la vue à travers la fenêtre. En dehors de l'attaque dégradante dont j’ai été victime, c’est ce qui m'a le plus blessée. À tel point que je suis descendue à l’arrêt suivant et que, de rage, j'ai éclaté en sanglots. En même temps, j'étais submergée par un sentiment de honte.

86% des personnes ne savent pas comment réagir

La honte, cependant, n'était pas uniquement due aux insultes, qui aujourd’hui encore résonnent en moi. J'avais plutôt honte parce que - pour être honnête - si j’avais été spectatrice d'une telle situation, je n'aurais probablement pas su exactement quoi faire moi-même.

Je ne suis pas la seule dans ce cas-là. En fait, une enquête internationale* démontre que 86% des personnes ne savent pas comment réagir lorsqu’elles sont témoins de harcèlement sexuel dans les lieux publics. Selon cette étude, seulement 25% des victimes de harcèlement sexuel dans les lieux publics ont reçu de l’aide. Important: 79% des victimes de harcèlement sexuel dans les lieux publics disent que la situation s’est améliorée lorsqu’un témoin est intervenu. Rappelons aussi que 78% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel dans les lieux publics.

«Stand Up», une initiative contre le harcèlement de rue

Afin de lutter contre ce fléau, il existe Stand Up. C’est un programme à l’initiative de L’Oréal Paris, en partenariat avec l’ONG Hollaback!. Sur le site www.standup-international.com, vous pouvez participer à une formation pour apprendre à dissuader un harceleur, à aider une victime et à trouver le courage d’intervenir en utilisant la tactique dite des 5D.

C’est une méthode d’évaluation de la situation: Distraire, Déléguer, Diriger, Dialoguer, Documenter. Pour ce dernier point, par exemple, on insiste sur l’importance de ne jamais publier sur le Net une photo ou une vidéo sans l’autorisation des personnes concernées.

Que ce soit sous la forme d'une formation numérique ou d'un webinaire, Stand Up vous présentera de nombreux exemples utiles. Conseil: avant d'apprendre la 5D, sachez que vous devrez sans doute utiliser un D différent selon la situation. Il est important de toujours se sentir en confiance avant d'intervenir.

Et, si vous avez du mal à intervenir vous-même au début, le site web propose également des conseils sur la manière de réagir en tant que témoin ou en tant que personne impliquée: demander de l'aide à quelqu'un ou dégainer son smartphone pour filmer le harceleur.

Quoi que vous décidiez, ce qui est vraiment important, c'est de se fier à son instinct et de savoir comment réagir. Pour ma part, je suis déterminée à faire bouger les choses. Agissons tous ensemble! #westandup.

*Source: Ipsos & L’Oréal Paris - Enquête internationale sur le harcèlement de rue – Avril 2019.

Cet article est le fruit d’une collaboration avec L’Oréal Suisse SA.

Ton opinion