Royaume-Uni: Ce qui se cachait derrière ses si jolis selfies
Publié

Royaume-UniCe qui se cachait derrière ses si jolis selfies

Dépressive depuis des années, Amber, 22 ans, a voulu de briser un tabou et éveiller les consciences en publiant une photo d'elle juste après une crise d'angoisse.

par
joc
On peut faire dire ce que l'on veut à un selfie. C'est ce qu'a voulu démontrer Amber, qui se bat contre une dépression depuis plusieurs années.

On peut faire dire ce que l'on veut à un selfie. C'est ce qu'a voulu démontrer Amber, qui se bat contre une dépression depuis plusieurs années.

photo: Kein Anbieter/Facebook

Amber Smith, 22 ans, a publié dimanche dernier deux selfies sur Facebook: sur l'un d'eux, la Britannique bien apprêtée prend la pose dans sa salle de bains. «Voilà ce que je montre au monde via les réseaux sociaux. Bien habillée, maquillée, filtres à gogo. La partie «normale» de moi», explique-t-elle. L'autre autoportrait dévoile un tout autre aspect de la jeune femme: dépressive, elle vient de traverser une crise d'angoisse quelques minutes auparavant. «Je l'ai pris ce soir (...) C'est aussi la partie normale de moi, mais les gens ne la voient pas», poursuit-elle.

Dans sa publication devenue virale, Amber explique qu'elle est écoeurée par la stigmatisation dont font l'objet les maladies mentales et par les gens qui remettent constamment en doute ces troubles invisibles. «Je me bats contre l'anxiété et la dépression depuis des années, et j'entends encore des commentaires comme «Tu vas t'en sortir», «Tu n'as pas besoin de médicaments, sois plus heureuse», «Tu es trop jeune pour souffrir de ça», déplore la Britannique. Parce qu'elle a l'air physiquement en forme, la jeune femme fait constamment face à des gens qui ne comprennent pas qu'elle se bat chaque jour «contre un monstre dans sa tête».

Ne pas souffrir en silence

Pour tenir le coup, la Britannique s'appuie sur sa famille et ses amis, qui la soutiennent sans relâche. «Je suis forte, j'ai vécu des moments merdiques dans ma vie, mais je vais y arriver», assure-t-elle. C'est surtout un message d'amour et de tolérance que la jeune femme espère faire passer à travers sa publication: «Cela ne coûte rien d'être gentil avec autrui. Ne vous moquez pas des autres, ne les rabaissez pas, et le plus difficile de tous, ne jugez personne. Nous sommes tous des humains, quels que soient l'âge, la race, la religion, la fortune, le travail», écrit-elle. La Britannique encourage les personnes souffrant de troubles mentaux à demander de l'aide et les supplie de ne pas «souffrir en silence».

Sur Facebook, un déferlement de commentaires élogieux et admiratifs a afflué. Les internautes ont loué «le courage» et «la force» de la jeune femme, estimant que sa publication était une véritable «inspiration» pour les jeunes personnes atteintes de troubles mentaux. «Je souffre de dépression depuis près de 6 ans, c'est un sujet tabou. C'est super de voir que l'on peut en parler ouvertement, cet aussi agréable de voir que l'on n'est pas seul», a réagi Laura, 26 ans. «Beaucoup de jeunes gens ont besoin d'exemples comme vous», a ajouté Matthew.

Ton opinion