Championnat du monde 2009: «Cela n'a pas été facile pour la Suisse»
Actualisé

Championnat du monde 2009«Cela n'a pas été facile pour la Suisse»

Capitaine exemplaire d'une France qui a donné du fil à retordre à la Suisse 60 minutes durant, Laurent Meunier (ex-Fribourg Gottéron et Genève-Servette) était forcément déçu à l'issue de la rencontre.

par
Marc Fragnière
Berne

Dominatrice, la Suisse s'est finalement chichement imposée 1-0 contre une équipe tricolore difficile à manœuvrer. Beaucoup utilisé, notamment dans son rôle de poison en boxplay, Meunier ne cachait pas ses regrets à l'issue du match. «On a fait une bonne partie. On s'est créé 2-3 occasions que l'on n'a pas su exploiter», déplorait-il. Revenant sur le but français annulé à la 18e, le Savoyard se voulait presque persiffleu: «La décision est tombée très vite. C'est peut-être dû au fait que la Suisse joue à la maison. Toutefois je n'ai pas encore revu les images, donc je ne peux pas me prononcer». Ancien joueur de Genève-Servette, Lausanne et La Chaux-de-Fonds, Philippe Bozon a bénéficié des ralentis. Il était pour sa part catégorique quant à la décision arbitrale: «C'est juste, le joueur était dans la zone du gardien. Il n'y a rien à redire».

Revenant sur la prestation helvétique, Meunier se voulait rassurant pour les supporters locaux: «Ce n'était pas facile pour les Suisses. Un premier match, de surcroît dans une compétition à domicile, est toujours difficile à négocier».

Le défenseur helvétique Félicien Du Bois abondait en son sens: «On savait que ce serait dur contre la France. Personne dans notre vestiaire n'a imaginé une seconde qu'on allait leur enfiler 5-6 buts. On a toutefois pêché à la conclusion. Offensivement, on n'est pas parvenu à jouer aussi souvent qu'on l'aurait désirer dans la zone de défense tricolore. Ils nous ont régulièrement contenu dans la zone médiane. Défensivement par contre, je trouve que nous avons réalisé un excellent match». Un avis partagé par le gardien Martin Gerber, auteur d'un blanchissage. «On a fait le job défensivement. On a pas commis d'erreur. Mon shut-out est bon à prendre, mais je n'ai pas eu à réaliser de miracle».

PostFinance Arena, 11 470 spectateurs (guichets fermés). Arbitres: Looker (EU)/Sterns (EU); Valach (Slq)/de Haan (Can). But: 12e Pluess (Streit/à 5 contre 4) 1-0.

Pénalités: 7 x 2' contre la Suisse; 9 x 2' contre la France.

Suisse: Gerber; Streit, Blindenbacher; Bezina, Du Bois; Josi, Seger; Furrer; Sannitz, Ziegler, Paterlini; Lemm, Jeannin, Déruns; Sprunger, Wick, Ambuehl; Gardner, Ruethemann, Pluess; Romy.

France: Lhenry; Amar, Bachet; MAnavian, Mille; Roussel, Quessandier; Raux, Meunier, Yorick Treille; Gras, Lussier, Rozenthal; Fleury, Hecquefeuille, Bellemarre; Sacha Treille, Tardif, Zwikel.

Notes: la Suisse sans Manzato, Monnet ainsi que Diaz (surnuméraires). Tirs sur la transversale: Gardner (18e), Rüthemann (23e). 38e, but de Yorick Treille annulé pour la France. Temps mort pour la France (58'56'') qui joue sans gardien de 59'26'' à 59'47'' puis de 59'56'' à la fin de la rencontre.

Ton opinion