Actualisé 11.11.2008 à 11:16

France

Célébration de l'Armistice de 1918 sous le signe de l'Europe

Nicolas Sarkozy s'est rendu mardi au fort de Douaumont, haut lieu de la bataille meurtrière de Verdun, pour commémorer le 90e anniversaire de l'armistice qui mit fin à la guerre de 14-18.

Ces célébrations étaient placées sous le signe de l'Europe.

Sous un ciel gris et venteux, le président français es arrivé devant l'ossuaire de Douaumont avec son épouse Carla qui arborait sur sa redingote grise le "bleuet de France", insigne de collectes en faveur des anciens combattants démunis.

A leurs côtés se trouvaient notamment le prince Charles, héritier de la couronne d'Angleterre et son épouse Camilla, le grand-duc du Luxembourg, le président du Bundesrat (sénat) allemand Peter Müller, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et le président du Parlement européen Hans-Gert Pöttering.

Un peu plus tôt, à Paris, rompant avec la tradition présidentielle de ravivage de la flamme du soldat inconnu à l'Etoile, M. Sarkozy avait déposé une gerbe au pied de la statue de Georges Clemenceau, aux Champs Elysées. Après la cérémonie de Douaumont, le présdient français devait se rendre au cimetière allemand proche du site.

L'ossuaire de Douaumont a été construit dans les années 1920 pour accueillir les restes des 300#000 victimes de Verdun. En 300 jours et 300 nuits de combats de février à décembre 1916, 26 millions d'obus furent tirés par les artilleries rivales.

Ces cérémonies sont les premières célébrées sans aucun poilu français, après le décès, le 12 mars, du dernier soldat survivant de la grande Guerre, Lazare Ponticelli, à 110 ans. Quatre combattants de la grande guerre sont encore vivants à ce jour, trois Britanniques et un Américain.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!