30.08.2020 à 09:28

Conseil des ÉtatsCéline Vara est la première sénatrice romande enceinte

La conseillère aux États neuchâteloise va donner naissance à son deuxième enfant. Si les élues disposent désormais d’une salle d’allaitement, de nombreux aspects peuvent encore être améliorés.

La conseillère aux États, la Neuchâteloise verte Celine Vara, est la première sénatrice romande enceinte au «Stöckli».

La conseillère aux États, la Neuchâteloise verte Celine Vara, est la première sénatrice romande enceinte au «Stöckli».

Keystone

La Verte neuchâteloise Céline Vara est la première conseillère aux États romande enceinte de l’histoire suisse. Le seul précédent alémanique est l’Argovienne Pascale Bruderer, enceinte en 2014. La naissance est prévue en décembre.

«Je me vois comme une pionnière parmi d’autres pionnières. Je suis très reconnaissante envers Adèle Thorens, Isabelle Moret ou encore Lisa Mazzone. C’est grâce à ces femmes-là et d’autres qui sont devenues mères alors qu’il n’y avait aucune structure au parlement que les choses ont commencé à bouger», explique la Neuchâteloise dans une interview publiée par Le Matin Dimanche.

Mais tout n’est pas réglé pour autant. «Je ne sais pas encore quel sera mon sort pour mon activité d’indépendante. Ma caisse de compensation me dit pour l’instant que, si je vais voter en session pendant mon congé maternité, c’est comme si j’avais repris une activité lucrative et donc que je n’aurais plus droit aux APG.»

Pour le reste, Céline Vara est une Suissesse comme une autre. «Je suis juste représentative: en Suisse, 69% des femmes ont au moins un enfant. J’ai eu une première fille à 32 ans. J’aurai un deuxième enfant à 36 ans. Ce n’est rien de particulier.»

Pas encore intégré dans l’organisation

Depuis l’hiver dernier, les élues disposent d’une salle d’allaitement au Palais fédéral. Mais, au niveau de l’organisation, toutes les propositions– suppléance, horaires différents – ont été rejetées jusqu’ici.

Une naissance pour une sénatrice n’est pas encore entrée dans les mœurs politiques à Berne. Pour Géraldine Savary, qui a siégé 12 ans au Conseil des États, aussi interrogée par le Matin Dimanche, le pire vient souvent après la naissance. «J’ai entendu quinze fois le mauvais gag: «Est-ce que tes enfants se souviennent de ton nom lorsque tu rentres de session?»

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!