Genève: Cellule spéciale renforcée contre les criminels du Net
Actualisé

GenèveCellule spéciale renforcée contre les criminels du Net

Les arnaqueurs et autres abuseurs virtuels seront davantage traqués par la police et la justice genevoise.

par
Julien Culet
Des agents spécialisés vont scruter le web pour lutter contre la cybercriminalité.

Des agents spécialisés vont scruter le web pour lutter contre la cybercriminalité.

Pourchasser malfrats et escrocs de tout poil agissant sur internet est devenu le nouvel axe de la politique commune entre l'Exécutif et le Ministère public, amorcée en 2012 et renouvelée hier. Cet objectif rejoint une liste de huit priorités, qui inclut notamment les cambriolages et le trafic de drogue.

Dans les faits, cela se traduira par un renforcement des effectifs de la brigade de lutte contre la cybercriminalité. «Le service est actuellement composé de huit personnes, nous pensons augmenter ce nombre de 50%», a annoncé Pierre Maudet, conseiller d'Etat chargé de la sécurité. Au passage, son rayon d'action sera étendu. La douzaine d'agents qui la composera auront pour mission supplémentaire de traquer tout type de délits pouvant être commis sur la toile. Pédophilie, harcèlement, vol d'identité ou encore arnaques en ligne seront ainsi visés par la brigade. Aujourd'hui, la cellule a principalement un rôle de soutien dans les affaires judiciaires. Elle s'occupe entre autres de craquer des téléphones ou des ordinateurs pour se procurer des données.

Les autorités sont toutefois conscientes qu'il est parfois difficile d'attraper les malfrats virtuels, qui peuvent agir depuis l'étranger. Elles vont donc mettre un accent tout particulier sur la prévention. «Le code pénal ne protège pas de la naïveté», a lancé Pierre Maudet. Des campagnes viseront autant les plus âgés, cible des escrocs, que les jeunes, potentielles victimes de pédophiles.

Ton opinion