Cirque: Cent ans après, Knie ne se déplacera plus avec le train

Publié

CirqueCent ans après, Knie ne se déplacera plus avec le train

Les CFF ne transporteront désormais plus les caravanes du cirque national qui seront acheminées par la route. Une page historique se tourne.

Cette image prise en janvier 2023 à Lucerne pourrait bien être le dernier cliché montrant le transbordement des caravanes de Knie du rail à la route.

Cette image prise en janvier 2023 à Lucerne pourrait bien être le dernier cliché montrant le transbordement des caravanes de Knie du rail à la route.

Dario Häusermann

Depuis 1919, le Cirque Knie entame la Suisse depuis Rapperswil. Cette année est considérée comme celle marquant l’année de fondation du cirque national. Et depuis ce moment le matériel du cirque a été transporté par train. Mais voilà! Cette longue collaboration a pris fin en début d’année rapporte le «Zürichsee Zeitung».

La raison invoquée par le transporteur: «des investissements élevés à venir dans du nouveau matériel roulant. Et les exigences du cirque ont également évolué si bien qu’aucune solution à long terme n’a pu être trouvée malgré les efforts intensifs de tous les partenaires impliqués», écrivent les CFF.

Évolution du mode de déplacement

Désormais, le déménagement de ville en ville se fera par la route. C’est la conséquence d’une évolution qui se dessinait déjà depuis longtemps tant pour le cirque que pour les CFF estime Hans Roth, journaliste, auteur d’ouvrages spécialisés et ancien mécanicien de train. Depuis longtemps, le Cirque Knie ne transporte plus qu’une partie de son matériel par le train. Il s’agissait de remorques d’habitation et de bureaux, de guichets, de toilettes et autres. Au lieu de deux convois, il n’y en avait plus qu’un seul, mais toujours d’une longueur imposante de 500 mètres et d’un poids d’environ 900 tonnes. Le transport d’animaux par train avait déjà été arrêté au milieu des années 2000. «Les wagons étaient très vieux et la protection des animaux posait de plus en plus de questions», explique Hans Roth.

Le chapiteau et le matériel technique ne prenaient plus le train à cause d’un changement général dans la logistique. Contrairement à ce qui se passait auparavant, le montage de la structure du chapiteau commence sur le nouveau lieu de représentation alors que la dernière représentation est encore en cours sur l’ancien site. En d’autres termes, il existe déjà une sorte de déplacement anticipé, ce qui ne facilite pas le transport ferroviaire. De plus, la taille du nouveau matériel ne correspondait plus exactement à celle des wagons d’antan. Du coup, certains wagons étaient vides. Enfin, les zones de chargement en gare sont de plus en plus entourées de logements, ce qui ne facilite pas les va-et-vient de nuit.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boîte mail, l’essentiel des infos de la journée.

(jbm)

Ton opinion

20 commentaires