Actualisé 15.02.2019 à 06:54

Crise humanitaireCent millions d'aide promis au Venezuela

L'aide de 100 millions de dollars promise par 25 pays ira directement dans des centres installés près des frontières du Venezuela, au Brésil, en Colombie et Curaçao.

1 / 150
LEs services de renseignements vénézuéliens ont mené une perquisition dans les bureaux du chef de l'opposition Juan Guaido, actuellement en Europe. (Mardi 21 janvier 2020)

LEs services de renseignements vénézuéliens ont mené une perquisition dans les bureaux du chef de l'opposition Juan Guaido, actuellement en Europe. (Mardi 21 janvier 2020)

AFP
Le secrétaire d'État américain a appelé à en «finir avec la tyrannie» de celui qu'il ne considère plus comme le président du Venezuela. (Lundi 20 janvier 2020)

Le secrétaire d'État américain a appelé à en «finir avec la tyrannie» de celui qu'il ne considère plus comme le président du Venezuela. (Lundi 20 janvier 2020)

AFP
L'opposant Juan Guaido s'est rendu dimanche en Colombie pour rencontrer le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. (19 janvier 2020)

L'opposant Juan Guaido s'est rendu dimanche en Colombie pour rencontrer le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. (19 janvier 2020)

AFP

Vingt-cinq pays ont promis 100 millions de dollars d'aide au Venezuela, où sévissent des pénuries et la dénutrition, a annoncé jeudi le conseiller à la sécurité américain John Bolton. Il s'exprimait après une conférence de l'Organisation des Etats américains (OEA) à Washington.

«Aujourd'hui, 25 pays, unis lors de la conférence sur l'assistance humanitaire au Venezuela organisée par l'OEA, ont promis 100 millions de dollars», a-t-il écrit sur Twitter.

D'après David Smolanksy, coordinateur d'un groupe de travail de l'OEA sur les migrations et les réfugiés du Venezuela, ces fonds iront directement à des centres de collecte d'aide installés près des frontières du Venezuela, au Brésil, en Colombie et sur l'île néerlandaise de Curaçao.

A l'ouverture de la conférence, Carlos Vecchio, représentant officiel aux Etats-Unis de l'opposant Juan Guaido, avait affirmé que la priorité était de faire entrer de l'aide au Venezuela à partir du 23 février. Soit un mois après que M. Guaido s'est déclaré président. L'aide est refusée par le président Nicolas Maduro, qui y voit un prétexte pour préparer une intervention militaire des Etats-Unis.

Organisation divisée

Le Venezuela, de plus en plus isolé sur la scène internationale, traverse une grave crise économique, avec une population de plus en plus démunie face aux pénuries de vivres et de médicaments.

La conférence de jeudi s'était tenue à la demande du secrétaire général de l'OEA Luis Almagro. Mais cette organisation internationale est divisée au sujet du Venezuela. Elle a fait approuver une résolution dénonçant la politique de M. Maduro, mais seuls 16 de ses 34 Etats membres ont signé une déclaration pour reconnaître M. Guaido comme président par intérim. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!