Afrique: Centrafrique: l'ONU implore l'aide de la Suisse
Actualisé

AfriqueCentrafrique: l'ONU implore l'aide de la Suisse

Face à la dégradation brutale de la situation dans le pays, l'ONU manque de moyens financiers pour répondre aux besoins humanitaires.

Les réfugiés qui étaient rentrés dans l'ouest du pays sont repartis, fuyant les violences. (Mardi 17 octobre 2017)

Les réfugiés qui étaient rentrés dans l'ouest du pays sont repartis, fuyant les violences. (Mardi 17 octobre 2017)

AFP/Archive

La reprise des violences en Centrafrique a fait exploser à nouveau le nombre de déplacés et la malnutrition ces derniers mois. L'ONU, qui demande un effort financier, a tiré mardi à Genève la sonnette d'alarme sur la situation, après l'avoir fait la veille à Berne.

Plus de 600'000 déplacés

«Nous avons pu distribuer la moitié de ce que nous avions l'habitude» d'acheminer comme aide, a précisé devant la presse la coordinatrice humanitaire de l'ONU en Centrafrique Najat Rochdi. Seuls 39% de l'appel lancé ont étés honorés par les donateurs. Et encore, grâce à une augmentation importante en quelques mois de l'enveloppée accordée par plusieurs pays dont la Suisse.

Lundi, Mme Rochdi a rencontré à Berne le délégué du Conseil fédéral à l'aide humanitaire Manuel Bessler et des représentants du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Aucun engagement concret n'a été pris lors de cette discussion, a indiqué l'un de ses collaborateurs.

La Centrafrique «est très différente» d'il y a quelques mois, insiste Mme Rochdi. Le nombre de déplacés dépasse depuis juillet les 600'000 et a augmenté de près de 50% par rapport à janvier. Les réfugiés qui étaient rentrés dans l'ouest du pays sont repartis.

Dispositif adapté par l'ONU

La situation la plus préoccupante est toutefois constatée dans le sud-est. Une dizaine d'enfants seraient décédés récemment de malnutrition sévère aiguë dans des hôpitaux qui ont dû être abandonnés par le personnel menacé par les groupes armés. Pour les humanitaires, «il n'était pas possible de rester là», dit Mme Rochdi.

L'ONU a été contrainte de modifier son mode opératoire. Désormais, des centres ont été renforcés là où la sécurité le permet et des missions spéciales de petite dimension sont déployées dans les régions les plus difficiles. L'une d'entre elles sera dépêchée cette semaine dans le sud-est du pays.

Dans l'ensemble du pays, la malnutrition chronique dépasse 40%. L'assistance doit souvent être acheminée par avion. «C'est très cher», déplore Mme Rochdi.

Militaires prévus

Autre souhait qui a un coût, celui de relocaliser les déplacés dans leur région d'origine pour renforcer leur protection. Des armes circulent dans les camps où vivent en moyenne 30'000 personnes et les civils sont plus exposés au risque d'être recrutés par des groupes armés.

Mme Rochdi demande au Conseil de sécurité d'envoyer des troupes additionnelles aux quelque 12'000 membres de la Mission de l'ONU (MINUSCA) après le retrait de soldats étrangers, notamment américains. Il faut être actif sur le territoire que ces militaires ont abandonné, dit-elle. Mais l'armée et les forces de sécurité nationales doivent aussi contribuer, selon elle.

Mme Rochdi condamne les nouvelles accusations récentes de violences sexuelles sur une mineure par des Casques bleus. Mais elle constate «une énorme amélioration» par rapport à 2016, notamment dans la rapidité des investigations sur les cas. Elle ne voit pas pourquoi ces nouvelles accusations devraient impacter la décision du Conseil de sécurité.

Guterres recommande 900 Casques bleus supplémentaires

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, recommande de renforcer la mission de paix Minusca en Centrafrique de 900 Casques bleus en raison d'un nouveau «cycle de violences», dans un rapport transmis mardi aux membres du Conseil de sécurité.

«Il est tragique que la détérioration de la situation sécuritaire au cours des derniers mois, notamment dans le sud-est, mette le pays à nouveau dans un cycle de violences en dépit des efforts multiples pour éviter une aggravation du conflit», souligne le secrétaire général dans ce document.

«La situation humanitaire dans le pays est une grave préoccupation», ajoute Antonio Guterres qui doit se rendre prochainement en Centrafrique, sa première visite à une opération de paix de l'ONU depuis sa prise de fonctions en janvier. Le mandat de la Minusca arrive à échéance en novembre. (nxp/ats)

Au moins 133 civils tués en trois mois

Au moins 133 civils ont été tués par des groupes armés dans deux provinces de la Centrafrique entre novembre 2016 et février 2017, a établi l'ONU dans un nouveau rapport publié mardi. Elle dénonce les groupes «ciblant des civils» et «agissant en toute impunité».

(NewsXpress)

Ton opinion