Actualisé 02.03.2016 à 15:17

Ain (F)

Centrale nucléaire du Bugey: l'Etat porte plainte

Le Canton et la Ville de Genève ont décidé de déposer une plainte contre X.

de
Jérôme Faas
La centrale nucléaire du Bugey en France se retrouve dans le viseur des autorités genevoises.

La centrale nucléaire du Bugey en France se retrouve dans le viseur des autorités genevoises.

photo: Keystone

Le Conseil d'Etat et le Conseil administratif de la Ville de Genève ont déposé une plainte pénale contre X concernant la centrale nucléaire du Bugey (F), notamment pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et pollution des eaux. La centrale est située à Saint-Vulbas, dans le département de l'Ain, à 35 kilomètres à l'est de Lyon et à quelque 70 kilomètres à vol d'oiseau de Genève (65 km de Chancy, 81 km du centre-ville).

Le Canton et la Ville donneront une conférence de presse conjointe lundi, à laquelle prendront part le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, la maire de la Ville de Genève Esther Alder et le conseiller administratif Rémy Pagani. Corinne Lepage, ancienne ministre française de l'environnement, sera également présente.

«Comme si la centrale était à Lausanne»

Voici un peu moins d'un an, en mars 2015, Rémy Pagani avait publiquement annoncé son alliance avec Corinne Lepage, qui est avocate, dans la perspective d'un dépôt de plainte. «C'est comme si la centrale était à Lausanne, expliquait-il alors. L'installation est vétuste et très dangereuse. Une catastrophe pourrait causer la mort de milliers de Genevois.»

Ce mercredi, le conseiller administratif d'Ensemble à Gauche a confirmé que ce dépôt de plainte constituait la mise en œuvre de cette annonce initiale. «Mais il nous a fallu du temps pour que l'Etat se mette en mouvement.»

Pagani parle d'éléments nouveaux

L'élu a refusé de s'exprimer plus avant sur cette plainte, dans la crainte de déflorer le contenu de la conférence de presse de lundi. Il n'a notamment pas détaillé devant quelle juridiction elle avait été déposée, ni sur quels faits concrets elle se fondait. «Il y a des éléments nouveaux par rapport à l'an passé», a-t-il cependant assuré.

Défaut d'étanchéité

Il a ainsi concédé que les événement survenus à la fin de l'année 2015 avaient été «pris en compte». En décembre, l'Autorité française de sécurité nucléaire avait donné l'ordre à EDF de réparer les défauts d'étanchéité constatés sur le réacteur 5 de la centrale nucléaire. Ce dernier est à l'arrêt depuis le 27 août. En 2011, l'Autorité de sûreté nucléaire y avait relevé «un taux de fuite élevé de l'enceinte de confinement».

Le conseiller d'Etat Antonio Hodgers désire également garder l'essentiel de ses commentaires pour lundi. Dans l'intervalle, il indique qu'il est «déterminé à réduire le risque nucléaire pour les Genevois» à travers cette démarche.

Référence aux propos de Ségolène Royal

Rémy Pagani estime que la plainte genevoise est d'autant plus importante que «en France, ils sont plutôt en train de baisser les bras, comme le démontrent les récents propos de Ségolène Royal». La semaine dernière, l'actuelle ministre française de l'énergie s'était déclarée prête à soutenir la prolongation de dix ans de la durée de vie des centrales nucléaires françaises, pour autant que l'Autorité de sûreté nucléaire donne un avis positif.

La plainte pénale du Canton et de la Ville a été déposée ce mercredi à Paris, a indiqué Corinne Lepage à l'AFP.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!