Actualisé 02.10.2008 à 18:53

Comédie musicale

Cerrada: «Je n'ai pas de plan de carrière»

Depuis jeudi l'ancien vainqueur de «Nouvelle star» joue dans «J'me voyais déjà», une comédie musicale fondée sur des chansons de Charles Aznavour.

de
Pascal Pellegrino

Jeudi, à quelques heures de la première représentation de «Je m'voyais déjà», au Gymnase de Paris, Jonatan Cerrada (23 ans) s'est confié en direct à «20 minutes» dans le cadre de l'émission «Les patriotes», sur Rouge FM.

– A 18 ans, vous avez quitté votre province (Liège, en Belgique), le cœur léger et le bagage mince, et vous avez conquis Paris en gagnant «Nouvelle star» en 2003. «Je m'voyais déjà», c'est un peu votre vie!

– Oui, je me retrouve dans cette chanson et en tout cas, c'est génial de pouvoir interpréter du Aznavour. Les textes sont riches, le spectacle est super bien écrit autour de 48 titres, des grands standards comme des chansons moins connues. C'est un spectacle piquant et drôle.

– La première, c'était hier soir. Comment s'est passée votre journée avant?

– J'étais forcément un peu stressé, tendu, avec des douleurs au ventre. On a fait un débriefing de notre répétition générale, qui s'est bien passée. Et c'est ce qui est embêtant, car on dit qu'une bonne répétition générale signifie une mauvaise première. Alors tout l'après-midi on a été au taquet pour faire mentir cet adage!

– Qu'avez-vous fait juste avant d'entrer en scène?

– Avec une partie de la troupe, on est allés dans l'église à côté pour brûler un cierge et faire une petite prière. Et puis, à la sortie, on a poussé notre cri de guerre!

– Charles Aznavour est-il passé vous voir pendant les répétitions?

– Oui, c'était impressionnant de le rencontrer. Il viendra voir le spectacle à la première officielle dans quelques jours. Pour ce show, il a laissé carte blanche à sa fille et son gendre qui en sont les coproducteurs.

– Depuis «Nouvelle Star», votre parcours a été rempli d'expériences assez diverses. C'est une volonté?

– Non, je n'ai pas de plan de carrière, je fais les choses qui me plaisent artistiquement. C'est pour ça que j'ai participé à l'Eurovision ou que j'ai tourné dans la série espagnole «Un, dos, tres». Je suis partant pour toute belle aventure artistique.

– On a l'impression qu'il est dur pour un artiste issu de «Nouvelle Star» ou de la «Star Ac'» de durer. Etes-vous considérés comme des pestiférés au sein du monde du showbiz?

– C'est sans doute le cas. Moi, par chance, je n'ai jamais arrêté de travailler depuis «Nouvelle Star», je fais de multiples tournées avec mon groupe, je suis en train de préparer mon troisième album entre Madrid et Paris. Hélas, quand vous ne passez pas à la télé, les gens pensent qu'on bosse moins. Mais ce n'est pas le cas.

– Voici quatre questions à partir des paroles des chansons d'Aznavour. Habitez-vous seul avec maman dans un très vieil appartement rue Sarasate?

– J'habite seul dans un appart' à Paris, oui. Mais sans maman. Mes parents vivent en Belgique.

– Est-ce un humble garni celui où l'on s'est connus, moi qui criais famine et toi qui posais nu?

– Poser nu, non, ce n'était pas moi et ça ne risque pas d'arriver! (Rires) En revanche, j'admets que la vie d'artiste est, parfois, une vie de bohême. Cela dit, je ne regrette rien de ce que j'ai fait. A chaque fois, je me suis amusé. Peut-être que certains de mes choix ont été moins judicieux que d'autres, mais je ne les renie pas.

– Dans votre vie, y a-t-il quelqu'un à qui vous dites: «Je t'aime A.I.M.E.»?

– Pour l'instant non, y a personne à qui je peux dire ça.

– Donneriez-vous tout ce que vous avez pour retrouver vos amis, vos amours et vos emmerdes?

– J'ai mis du temps à me construire mon petit réseau de potes. Mais j'y suis parvenu et suis un homme heureux. Quant à mes emmerdes, aujourd'hui quand j'y pense, elles avaient peu d'importance, c'était le bon temps!

– «Je m'voyais déjà» se joue jusqu'au 4 janvier prochain. Et après? Une tournée?

– Oui, il y aura une tournée qui passera par la Belgique d'abord. Ensuite, j'espère qu'on viendra en Suisse. Je me réjouis de retrouver chez vous un public qui a eu l'occasion de me soutenir à quelques occasions déjà.

«Je m'voyais déjà», avec Diane Tell, Pablo Villafranca, Jonatan Cerrada...

Location au Gymnase à Paris: 00.33.1.42.46.79.79.

Du 2 Octobre 2008 au 4 Janvier 2009, du mardi au samedi à 20h30, les samedi et dimanche à 17h.

Laurent Ruquier présente la troupe de "Je m'voyais déjà" sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+:

Un reportage de St-Cyr dans les coulisses des répétitions de "Je m'voyais déjà":

Ruquier le richissime

L’auteur du livret de la comédie musicale «Je m’voyais déjà» est Laurent Ruquier (45 ans). Comme l’animateur cumule les activités (théâtre, télé, radio, et bientôt cinéma), sa société de production a réalisé un chiffre d’affaires annuel de deux millions d’euros. Mais l’argent n’est pas la motivation première de Ruquier. Dans une récente interview à «Gala», il a révélé qu’il ne savait pas combien il gagnait «à 10 000 euros près»...

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!