Actualisé 22.09.2018 à 18:47

Tornade au Canada«Certains appartements ont eu leur intérieur vidé»

Une tornade a provoqué d'importants dégâts à Ottawa, au Canada. 130'00 personnes sont privées d'électricité.

Des dizaines de maisons ou immeubles endommagés, des voitures retournées, une trentaine de blessés et 130'000 personnes sans électricité: une tornade a semé la panique vendredi en fin d'après-midi dans la région d'Ottawa (Canada), ont rapporté les médias.

La zone la plus touchée a été la commune de Gatineau, au nord de la capitale. Des vents soufflant à environ 200 km/h, selon les estimations des météorologues, ont endommagé des dizaines de maisons, partiellement éventrées ou dont les toits ont été emportés, selon les premières images publiées sur les réseaux sociaux.

Des voitures ont été retournées, emportées ou endommagées par des débris, et de nombreux arbres ont été arrachés. Selon la compagnie d'électricité HydroQuébec, plus de 130'000 personnes dans la région d'Ottawa se trouvaient sans électricité vendredi soir.

Vidéo impressionnante

Une impressionnante vidéo prise par un habitant de Gatineau montre des centaines de débris aspirés par le vent, tourbillonnant dans les airs au milieu d'immeubles.

«Il y a eu une coupure d'électricité et moins d'une minute plus tard, le vent a commencé à frapper sur les fenêtres», a-t-il raconté à l'AFP. Il a pris son téléphone et filmé la scène. «La tornade elle-même a duré moins de deux minutes. Les débris volaient partout, je n'avais jamais vu ça, à part à Hollywood», raconte cet habitant du quartier de Mont-Bleu. «Lorsque les gens sont sortis de chez eux après la tornade, c'était la consternation bien sûr, mais ils étaient heureux qu'il n'y ait pas de blessés», a poursuivi M. Leriche, 30 ans, joint par téléphone.

Les dégâts dans son quartier, constitué principalement de petits immeubles, sont selon lui considérables: arbres arrachés, véhicules retournés, des débris partout. «Certains appartements ont eu leur intérieur vidé, on a retrouvé des sofas ou des freezers au sol», témoigne-t-il.

Selon un responsable des services d'urgence d'Ottawa, Anthony Di Monte, cité par plusieurs médias, la tornade a fait une trentaine de blessés, dont cinq plus grièvement touchés.

«J'ai 68 ans et je n'ai jamais vu autant de dommages de toute ma sainte vie», a témoigné un riverain de Gatineau, interrogé par la chaîne LCN dans une rue jonchée de débris. Selon un responsable des services d'urgence d'Ottawa, Anthony Di Monte, cité par plusieurs médias, la tornade a fait une trentaine de blessés, dont cinq plus grièvement touchés.

Rester à l'abri

Le Premier ministre Justin Trudeau a appelé les personnes touchées par la tornade à rester à l'abri. «Nous surveillons la situation et nous pensons à tous ceux qui sont touchés», a-t-il écrit sur Twitter.

Une alerte météo avait été lancée en fin d'après-midi pour tout le sud de l'Ontario et du Québec. Les vents se sont apaisés en arrivant dans la région du Grand Montréal, qui a subi de fortes pluies dans la soirée sans qu'aucun dégât majeur ne soit signalé par les autorités. (nxp/afp)

«Zone de guerre»

Le maire d'Ottawa, capitale canadienne dont la région a été frappée vendredi par une violente tornade qui a provoqué de très importants dégâts et fait une trentaine de blessés, a estimé samedi que certains quartiers ressemblaient à une «zone de guerre».

Le maire, Jim Watson, a raconté lors d'un point presse qu'il s'était rendu dès vendredi soir dans la commune de Dunrobin à l'ouest d'Ottawa, l'une des deux zones les plus touchées par la tornade avec la commune de Gatineau, au nord de la capitale dans la province voisine du Québec.

"«C'est comme si une bombe était tombée sur le quartier (...) On aurait dit quelque chose comme une scène de cinéma ou une zone de guerre», a-t-il raconté, estimant que sa ville avait connu le pire coup de vent depuis une tempête de grêle qui avait ravagé la région en 1998. «Il y avait littéralement des dizaines et des dizaines, 60 d'après ce que j'ai compris, d'habitations détruites au moins partiellement».

«C'est l'un des deux ou trois événements les plus traumatisants (de l'histoire) de notre ville», a-t-il ajouté. «Je n'ai jamais connu quelque chose de similaire de toute ma vie à Ottawa».

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!