Actualisé 02.02.2015 à 11:21

Suisse«Certains médecins font des injections à tout-va»

Un nombre croissant de femmes en Suisse se font administrer des traitements au fer pour lutter contre la fatigue ou la dépression. La fédération des patients tire la sonnette d'alarme.

von
Tanja Bircher/ofu

En Suisse, beaucoup de médecins prescrivent des perfusions au fer lorsqu'une femme souffre de dépression ou de fatigue à répétition. Et ce genre de traitement semble avoir la cote. En 2012, le coût total des traitements au fer, pris en charge par les caisses maladie, était de 36 millions de francs. En 2013, il a passé à 39 millions. L'an dernier, ce chiffre a encore augmenté pour atteindre les 42 millions de francs.

De son côté, la Fédération suisse des patients ne voit pas cette évolution d'un très bon oeil: ces perfusions seraient souvent inutiles et dangereuses. La fédération va même jusqu'à dénoncer un véritable business pratiqué par les médecins. Une dose de 500 milligrammes coûte en effet près de 250 francs. Et les effets secondaires sont nombreux: nausées, frissons, maux de tête ou encore réactions allergiques.

Aucune preuve quant à l'efficacité

Erika Ziltener, présidente de la Fédération suisse des patients, dénonce le fait qu'un grand nombre de femmes ne savent pas quels risques elles encourent. Elle affirme connaître des cas où certaines femmes n'ont pas été mises au courant des effets secondaires possibles ou des autres traitements qui s'offraient à elles. Erika Ziltener note aussi que certains médecins administrent des perfusions au fer même lorsque le taux en fer du patient n'est pas en dessous de la moyenne. Santésuisse critique par ailleurs le fait qu'il n'existe aucune preuve scientifique qui démontre que ces perfusions sont réellement efficaces pour lutter contre les symptômes d'une dépression chez la femme. Beat Schaub, fondateur du Centre médical de fer, va encore plus loin: «Il y a des médecins qui injectent du fer à tout-va.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!