Ski freestyle: Ces dames s'enverront en l'air dans la nuit
Actualisé

Ski freestyleCes dames s'enverront en l'air dans la nuit

La discipline désignée par le terme anglais «aerials» est très impressionnante. La Zurichoise Tanja Schärer sera la seule représentante helvétique vendredi soir.

par
J.-Ph. Pressl-Wenger
Rosa Khutor

Voici les highlights de la compétition olympique dames de Vancouver en 2010, de quoi attraper le tournis...

Il faut du courage pour s'élancer sur ces tremplins de glace. Une fois en l'air, ce sont les qualités de gymnaste qui font la différence. Et pour terminer, l'atterrissage requiert un timing parfait et des cuisses bien entraînées. Le spectaculaire concours d'«aerials» aura lieu vendredi à l'Extreme Park de Rosa Khutor, en soirée.

«C'est plus agréable de sauter de nuit, explique Tanja Schärer, 24 ans. Le contraste entre le tremplin blanc et le ciel noir rend l'exécution du saut plus facile. Dans notre sport, c'est le brouillard et les jours blancs qui sont problématiques. Ici, la seule chose à laquelle il faudra faire attention, c'est la prise d'élan», ajoute la Zurichoise qui avait pris la troisième place lors de l'épreuve préolympique de Sotchi il y a un an. Les conditions d'alors avaient été très difficiles, car il était tombé beaucoup de neige. Cette année, aucun risque, le soleil brillera toute la journée et on annonce un ciel dégagé pour la soirée.

Forte de ses trois podiums en Coupe du monde, Tanja Schärer ne se fixe toutefois qu'un objectif réaliste. «J'aimerais me qualifier pour la finale et ensuite terminer dans le top 8.» A Sotchi, les Chinoises devraient une nouvelle fois truster le podium.

Les messieurs en lice lundi

Quatre Suisses sont inscrits au concours de lundi. Trois athlètes expérimentés, les frères Christoph et Thomas Lambert ainsi que Renato Ulrich, sont accompagnés par le rookie Mischa Gasser. Pour la délégation helvétique, une médaille serait une incroyable récompense pour le travail accompli, souvent dans l'anonymat le plus complet.

Ton opinion