Football: «Ces gamins doivent s'amuser avec les copains»
Actualisé

Football«Ces gamins doivent s'amuser avec les copains»

Devant environ 5000 spectateurs, Zinédine Zidane a donné un entraînement à une vingtaine d'enfants sur la pelouse de la Pontaise. Les conseils du Français resteront gravés dans les têtes des écoliers.

par
Daniel Romano

Lorsque Zinédine Zidane a inscrit son doublé de la tête en finale du Mondial en France le 12 juillet 1998, leurs parents ne se connaissaient peut-être pas encore. Ce n'est que cinq ans après la victoire des Bleus contre le Brésil (3-0) qu'ils sont venus au monde. Ils s'appellent Joël, Bryan ou Azmir , ils ont 13 ans, et ils ont eu le droit, en compagnie d'une quinzaine d'autres écoliers, d'être entraînés par le coach du Real Madrid lundi soir à la Pontaise, à Lausanne.

Comme Ronaldo, James et Bale

L'espace d'une heure, les jeunes M14 du Team Vaud ont pris la place de Gareth Bale, James Rodriguez ou encore Cristiano Ronaldo en suivant les conseils de l'ancien meneur de jeu franco-algérien de 44 ans. «Il a rajouté un aspect technique et nous a fait jouer à une touche de balle, raconte Azmir en fin de séance. C'est l'un des plus beaux jours de ma vie.»

Thème de l'entraînement: la prise du ballon et la passe, deux exercices dans lesquels l'ancien joueur de Cannes, Bordeaux, de la Juventus et du Real a excellé et régalé les supporters du monde entier durant 18 ans. «J'ai pris tellement de plaisir», vient encore nous dire Azmir.

Le plaisir, c'est justement ce qu'avait prévu d'inculquer «Zizou» aux jeunes. «Je pense que c'est une autre approche que quand j'entraîne mes joueurs au Real, car à 13 ans, ce qui compte le plus c'est le plaisir d'être avec les copains».

Incollable sur «Zizou»

Bryan avait 3 ans quand Zidane a raccroché les crampons en 2006. Pendant une heure, il a été coaché par son idole. «Mes copains aiment Messi ou Ronaldo, moi j'aime Zidane! C'est mon joueur préféré. Je sais tout de lui! Il a gagné la Coupe du monde et il a joué à la Juve et au Real. Et il a gagné la Champions League en tant que joueur et en tant qu'entraîneur.»

En effet, l'ancien meneur de jeu fait même partie du cercle restreint des sept qui ont réussi cet exploit, en compagnie de Miguel Munoz, Giovanni Trapattoni, Frank Rijkaard, Johan Cruyff, Pep Guardiola et Carlo Ancelotti. «ZZ» était d'ailleurs l'adjoint de ce dernier lorsque le Real avait gagné la «Décima» en 2014, avant de gagner le trophée en mai dernier en tant que coach principal.

Les genoux qui tremblent

A quelques mètres du champion d'Europe 2000, Joël a eu les genoux qui tremblent quelques minutes avant de jouer son premier ballon. «Je suis excité! J'ai pensé à cet entraînement toute la semaine passée, révèle l'écolier. Tous mes copains m'en parlent. Mes proches sont dans le stade, je n'ai pas le droit de manquer le moindre contrôle».

Pour parvenir à jouer chaque ballon sans erreur, une seule méthode: le travail. «Je crois beaucoup à cela, a affirmé Zidane, avec la classe et la simplicité qui le caractérisent. Le travail, celui que l'on fait chaque jour pour progresser. Rien n'est jamais acquis. Nous sommes des exemples pour les jeunes. Mes joueurs au Real sont des grands enfants, et même s'ils ont tout ce qu'il leur faut, ils continuent de travailler avec passion, avec l'envie de progresser, en prenant du plaisir».

Faites des études!

Un ultime conseil enfin, peut-être le plus important, donné par Alain Migliaccio, ancien agent de Zidane, l'un des plus connus du football français, qui s'est installé en Suisse pour y scolariser sa fille. Que les enfants continuent d'étudier! «Les parents ne doivent pas les empêcher de jouer au foot ou d'avoir des rêves, mais ils doivent les forcer à faire des études. Si leur petit se blesse, sa carrière peut brusquement être terminée avant d'avoir commencé. Et là, cela devient très dur. Tout le monde ne peut pas être Zinédine Zidane.»

Le coach d'Arsenal l'année prochaine

Un public qui a répondu présent, des enfants euphoriques en tribunes comme sur le terrain, et une star qui a joué le jeu. Cette première est réussie pour Bernard Jaton, président de Passionfoot et organisateur de cette belle initiative, qui devrait durer puisqu'un certain Arsène Wenger a déjà donné son accord de principe pour imiter «Zizou» l'année prochaine.

Plus de monde pour Zidane que pour le LS

Ils étaient environ 5000 lundi soir à s'être déplacés pour voir «Zizou» en vrai. C'est environ 1500 spectateurs de plus que dimanche lors de l'éclatante victoire du LS contre Lugano (4-1). «C'est beau de voir autant de monde dans notre stade, a affirmé le président lausannois Alain Joseph. J'espère que ces gens viendront un jour aussi nombreux pour voir le LS».

Même son de cloche chez Fabio Celestini, coach de la formation vaudoise: «Zidane dans notre stade, c'est juste extraordinaire, a-t-il reconnu, en jetant un coup d'oeil à la tribune nord pleine, le sourire aux lèvres. Nous ne pouvons pas forcer les gens à venir nous voir, mais j'espère qu'un jour ils viendront aussi nombreux pour nous encourager.»

Ton opinion