Zurich: Ces jeunes Suisses veulent séduire le chef de Tesla
Actualisé

ZurichCes jeunes Suisses veulent séduire le chef de Tesla

Une équipe de l'Ecole polytechnique de Zurich a développé des capsules de transport ultrarapides. Elle se trouve désormais parmi les finalistes d'un concours lancé par Elon Musk.

par
ofu

On le sait, Elon Musk est une personne ambitieuse. Fondateur du constructeur de voitures électriques Tesla Motors et de l'entreprise privée d'exploration spatiale SpaceX, l'inventeur planche depuis plusieurs années sur son projet Hyperloop. Son train ultrarapide est censé transporter un jour les passagers dans des tubes à basse pression à une vitesse quasi supersonique.

Pour faire avancer son projet, l'inventeur et entrepreneur américano-sud-africain a lancé un concours international, appelant les participants à développer durant deux ans des capsules de transport ultrarapides.

L'Hyperloop, la capsule du futur

Des étudiants de l'EPFZ ont mis au point la capsule de transport du futur.

Qualifiée pour la dernière étape de la compétition

Parmi les équipes de chercheurs figurent de jeunes Suisses de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Comme le révèle vendredi «Blick», ils se sont qualifiés pour la dernière étape de cette compétition.

Interrogé par le journal alémanique, Luca Di Tizio, CEO de Swissloop, l'association ayant développé les capsules pour le concours, explique: «Près de 40 étudiants travaillent depuis septembre dernier sur le projet.» La plupart d'entre eux viennent de l'EPFZ, précise-t-il. Au cours des vingt prochaines années, leur système devrait être prêt à transporter des personnes. Si tout fonctionne selon leurs plans, il sera possible de relier Zurich à Genève en 900 secondes, soit 15 minutes, le tout à une vitesse d'environ 970 km/h.

Capsule testée aux Etats-Unis

Jusqu'à présent, leur capsule est tout juste assez grande pour accueillir une poupée de la taille d'un enfant. Selon Luca Di Tizio, les freins fonctionnent. Le hic: la capsule n'a été testée qu'à 30 km/h. Son équipe s'envolera ces prochains jours aux Etats-Unis, plus précisément à Los Angeles, où leur capsule sera testée dans un tube faisant 1,25 kilomètre. Leur invention sera alors accélérée à 400 km/h, avant d'être de nouveau freinée.

De tels tests pourront peut-être bientôt être aussi effectués en Suisse. Le fondateur de Swissloop, Doré de Morsier, récolte actuellement de l'argent afin de pouvoir construire un jour un tube à basse pression de 3 kilomètres de long, confie ce dernier à «Blick».

Ton opinion