Australie: Ces jumelles partagent tout... absolument tout
Actualisé

AustralieCes jumelles partagent tout... absolument tout

Anna et Lucy dépensent une fortune pour pousser leur ressemblance à son paroxysme. Obsédées par le fantasme de ne former qu'une personne, elles vont jusqu'à coucher avec le même homme.

par
joc

Elles se ressemblent déjà énormément. Normal, Anna et Lucy sont soeurs jumelles. Mais les deux Australiennes âgées de 28 ans sont obsédées par l'idée de ne former qu'une seule personne. Ces demoiselles ont déjà dépensé 200'000 dollars pour pousser leur ressemblance à son paroxysme. Au menu des réjouissances: implants mammaires, gonflement des lèvres et tatouage des sourcils, auxquels viennent s'ajouter des peelings hebdomadaires ainsi que des séances de sauna infrarouge. Les jumelles suivent exactement le même régime alimentaire en plus d'un entraînement physique identique.

A trois dans le même lit

Et ce n'est pas tout! Pour avoir l'impression de ne former plus qu'un, le duo infernal partage le même travail, la même page Facebook, le même lit et... le même petit-ami. «Cela nous ne semble pas bizarre, confie Lucy au «New York Post». Nous n'avons qu'un amoureux et nous partageons tous le même lit... nous faisons l'amour tous ensemble. Nous avons les mêmes goûts pour tout donc, forcément, nous aimons le même garçon.»

«Les mecs veulent nous épouser»

Les deux soeurs vivent dans une maison située à Perth (Australie-Occidentale) avec leur maman âgée de 71 ans. Elles ont toutes deux abandonné leurs études d'esthétique et servent des plats aux personnes âgées. Anna et Lucy se partagent les tournées ainsi que leur salaire, qu'elles consacrent entièrement à leur apparence. «Nous ne sortons jamais deux fois avec la même tenue», précise Lucy. Une stratégie qui semble payer, selon sa soeur Anna: «Dans la rue, il y a tellement de mecs qui nous disent qu'ils veulent nous épouser toutes les deux ou sortir avec nous deux», glousse-t-elle.

Les jumelles confient encore qu'elles ne s'imaginent pas passer une seule journée l'une sans l'autre. «Je crois que ça n'arrivera jamais», conclut Lucy.

Ton opinion