Projet d’architecture «Majara Residence» - Ces maisons colorées visent à lutter contre la criminalité
Soroush Majidi 
Publié

Projet d’architecture «Majara Residence»Ces maisons colorées visent à lutter contre la criminalité

Ces maisons en forme de dômes situées sur l’île iranienne d’Ormuz sont construites en sacs de sable. Elles devraient contribuer à faire disparaître le commerce illégal.

par
Meret Steiger

Située dans le golfe Persique, au sud de l’Iran, l’île iranienne d’Ormuz disposait jadis d’une position stratégique. En face de la seule ville de l’île se trouvent les Émirats arabes et pendant longtemps, le transport de pétrole a transité par le port d’Ormuz.

Quand d’autres points de passage stratégiques pour le commerce ont été trouvés, Ormuz a perdu de son importance. Cela n’a pas été sans conséquence pour les habitants de l’île, dont certains ont vu disparaître leurs revenus. Au lieu de profiter de la bonne situation de l’île à des fins touristiques, nombre d’entre eux se sont alors lancés dans le commerce illégal et la contrebande de marchandises.

Le tourisme contre la criminalité

Une initiative semi-publique vise à remédier à cette situation et a mandaté ZAV Architects de construire un village touristique. L’objectif n’est pas seulement d’attirer des touristes sur cette magnifique île, mais également d’offrir des perspectives d’avenir à la population locale.

Située au sud de l'Iran, l'île d'Ormuz est connue pour ses magnifiques, mais néanmoins arides paysages. Par le passé, certains de ses habitants ont profité de sa situation non pas pour le tourisme, mais pour la contrebande.

Située au sud de l'Iran, l'île d'Ormuz est connue pour ses magnifiques, mais néanmoins arides paysages. Par le passé, certains de ses habitants ont profité de sa situation non pas pour le tourisme, mais pour la contrebande.

Tahmineh Monzavi
Ce projet d’architecture entend lutter contre cela. Il est censé lancer le tourisme… 

Ce projet d’architecture entend lutter contre cela. Il est censé lancer le tourisme…

DJI / ZVA Architects
… et offrir des perspectives d’avenir à la population locale.

… et offrir des perspectives d’avenir à la population locale.

DJI / ZVA Architects

Le projet porte le nom de Majara Residence (Majara signifie aventure) et réunit plusieurs groupes d’intérêt, à savoir les propriétaires de terres du port voisin de Bandar Abbas, les investisseurs de Téhéran et bien évidemment les habitants d’Ormuz. Il en résulte un village de vacances aux couleurs vives. Au total, une vingtaine de maisons abritent non seulement des logements, mais également des commerces et des restaurants.

Matériaux de construction locaux et cours de construction pour la population

Outre l’utilité finale du village de vacances d’Ormuz, une attention particulière a été accordée aux facteurs économiques et écologiques dès sa construction. On a donc majoritairement utilisé des matériaux locaux et les habitant(e)s d’Ormuz ont bénéficié de cours de construction, ce qui leur a permis d’acquérir de nouvelles compétences et de s'assurer un revenu.

La méthode de construction des dômes s'inspire des maisons de Nader Khalili, réputé pour ses maisons en terre. Sa méthode permet de construire facilement des maisons, même dans des régions moins développées. Des sacs de sable sont remplis de terre, puis fixés avec du fil de fer et empilés. Cette construction est ensuite enduite d'argile.

La vingtaine de maisons n’est pas uniquement destinée à l’habitat et au logement de vacances.

La vingtaine de maisons n’est pas uniquement destinée à l’habitat et au logement de vacances.

Tahmineh Monzavi
Certaines abritent des espaces culturels, …

Certaines abritent des espaces culturels, …

Tahmineh Monzavi
… des commerces et des bureaux, …

… des commerces et des bureaux, …

Tahmineh Monzavi

Ton opinion