FREDY BARTH A TESTÉ POUR NOUS - Ces simulateurs n’ont rien à envier à la réalité
Michael Lusk
Publié

FREDY BARTH A TESTÉ POUR NOUSCes simulateurs n’ont rien à envier à la réalité

Grâce aux simulateurs, tout un chacun a l’occasion de goûter au sport automobile virtuel. Mais
sont-ils vraiment réalistes? Fredy Barth a fait le test chez trois prestataires.

par
Michael Lusk

Fredy Barth connaît le circuit d’Hockenheim comme le fond de sa poche. Il ne compte plus le nombre de tours qu’il a fait sur le circuit de Formule 1 allemand, ces vingt dernières années, jadis dans le cadre du sport automobile et en participant à différentes catégories de course et aujourd’hui en tant qu’instructeur et organisateur de trackdays. Pour autant, cet essai sur simulateur de course est également nouveau pour lui. C’est en effet la première fois qu’il ne parcourt pas les 4,574 kilomètres du circuit dans la réalité, à bord d’une vraie voiture, mais virtuellement dans trois simulateurs différents, dont les prix vont de 11’000 à 80'000 francs. Nous pouvons d’ores et déjà vous révéler que Fredy Barth y a pris énormément de plaisir.

De l’entraînement pour pilotes amateurs et professionnels

Nous démarrons à la RacingFuel Academy à Horgen. La particularité est que les simulateurs, dont les prix varient entre 19’000 et 45’000 francs environ, sont construits sur place au premier étage du bâtiment, pour des racing lounges partenaires et pour le compte personnel de pilotes de course. Plusieurs simulateurs sont exposés et disponibles pour des essais au deuxième étage de la racing lounge. Après une courte présentation, Fredy s’installe sur le siège et démarre. Après seulement quelques tours, il a pris ses marques sur le circuit du simulateur. «Les perceptions tactiles sont sensationnelles et le pilotage est très réaliste. Même le parcours est extrêmement fidèle à la réalité sur le plan visuel. Les détails comme les bosses, les vibreurs et autres caractéristiques relevés par les pilotes de course sont exactement là où ils se trouvent sur le vrai circuit d’Hockenheim», dit-il. Fredy Barth dit même ressentir les différences entre les différentes voitures après être passé virtuellement d’une Porsche à une Mercedes. «Non seulement vous pouvez faire la course entre amis et prendre du plaisir, mais les pilotes amateurs et professionnels peuvent également s’entraîner pour de vraies courses sur plus de 300 voitures et 100 circuits», ajoute-t-il.

Le pilote de course Fredy Barth a testé pour nous des simulateurs, ici ceux de la RacingFuel Academy.

Le pilote de course Fredy Barth a testé pour nous des simulateurs, ici ceux de la RacingFuel Academy.

Michael Lusk
Au prix de 8000 à 80’000 francs, c’est un peu cher pour s’en procurer un pour chez soi, mais il est possible de réserver des créneaux horaires pour les tester directement chez les différents fournisseurs, comme chez Racing Fuel.

Au prix de 8000 à 80’000 francs, c’est un peu cher pour s’en procurer un pour chez soi, mais il est possible de réserver des créneaux horaires pour les tester directement chez les différents fournisseurs, comme chez Racing Fuel.

Michael Lusk
Chez Racing Fuel, il faut notamment compter 90 francs pour une heure de conduite.

Chez Racing Fuel, il faut notamment compter 90 francs pour une heure de conduite.

Michael Lusk

De la Formule 1 pour amateurs

Le deuxième prestataire, Racing Unleashed à Kempthal, propose aux amateurs de monter à bord d’un bolide de Formule 1. Mais les professionnels du monde de l’e-sport sont aussi de grands habitués des lieux. Ces derniers s’affrontent sur des simulateurs haut de gamme d’une valeur d’environ 80’000 francs et prennent virtuellement place au volant du modèle de Formule 1 Ferrari de 2017. Après tout, le vainqueur de la course remporte la somme de 2500 francs. Il n’est donc pas surprenant qu’avant l’arrivée du coronavirus, des équipes venaient même spécialement de République tchèque à Kempthal pour faire la course. Après quelques tours de piste, Fredy Barth vient confirmer que les simulateurs offrent des perceptions tactiles et visuelles exceptionnelles. «On ressent même les forces g lors du freinage. Ces dernières sont simulées par un tendeur de ceinture de sécurité, à couper le souffle. La sensation de la pédale est linéaire. Mais le gros point fort de ce simulateur est sans doute son graphisme extrêmement réaliste. Chaque petit détail, comme les vibreurs en rouge et blanc, le gravier dans les zones de dégagement et même les arbres à l'extérieur de la piste, correspond à la réalité», affirme Fredy Barth. Seul le volant est une reproduction et ne correspond pas tout à fait à l'original. «On peut immédiatement se lancer, même sans expérience sur un simulateur ou en course automobile; en mode basique, même la ligne de course est affichée. Or, comme vous conduisez à la vitesse d’une Formule 1, tout va extrêmement vite, ce qui, pour les novices ou les pilotes amateurs désireux de se familiariser avec un circuit, est presque un peu trop rapide. Une chose est sûre: le simulateur procure énormément de plaisir!», dit Fredy Barth.

Sensation de course virtuelle en groupe

Enfin, nous nous rendons chez VR Race à Schaffhouse. Là, jusqu'à dix personnes peuvent faire la course en simultané. La particularité de ces simulateurs d'une valeur de 11’000 francs est le casque VR. Il vous donne l'impression d'être assis dans la voiture. Chaque mouvement de tête modifie la vue, de sorte que le conducteur n’est à aucun moment distrait par le monde réel, comme le constate Fredy Barth après quelques tours seulement. «Je reviens tout juste d’Hockenheim. Même si l'image du casque VR n'est pas comparable à celle qu’on voit sur un écran, vous avez l'impression d'être sur le circuit», affirme Fredy Barth. Selon lui, même les bosses ou les virages sont parfaitement simulés par les vibrations. Les volants sont très maniables et permettent de bénéficier d’un retour réaliste du véhicule et de la piste. «Ce qui me plaît également, c’est le fait que vous conduisez devant des spectateurs. Cela ajoute un plus à l'expérience. C’est un bon mélange!», dit-il. Selon le forfait réservé, une heure de conduite coûte moins de 40 francs par personne. Les événements en équipes et sorties d’entreprises constituent le principal groupe-cible, comme le confirme le gérant. Grâce au casque avec micro et haut-parleurs intégrés, les participants peuvent également partager leurs émotions et les laisser s'exprimer librement pendant la course. Ambiance garantie!

Ton opinion