Actualisé 10.02.2014 à 17:25

RöstigrabenCes votations où les Romands ont été muselés

Le texte de l'UDC a été accepté dimanche à 50,3%, en dépit du vote romand. Ce n'est pas la première fois que les avis divergent d'une région linguistique à une autre.

von
ats/ofu

Cela faisait près de deux ans qu'une votation fédérale n'avait plus marqué un Röstigraben aussi net que celui apparu dimanche sur le texte UDC contre l'immigration de masse. Le site d'information watson.ch a fait un petit récapitulatif des dernières votations ayant mis en exergue les avis diamétralement opposés des deux côtés du Röstigraben et où les Romands ont été muselés par les Alémaniques.

1. Le prix unique du livre

En 2012, l'idée d'imposer un prix unique du livre ne convainc pas les Suisses, qui rejettent l'objet par 56,1% des voix. Tous les cantons romands avaient pourtant accepté le texte.

2. La révision de l'assurance chômage

Le texte est accepté de justesse en septembre 2010, malgré le «non» clair de la Suisse romande, du Tessin et de Bâle-Ville.

3. La deuxième réforme de l'imposition des entreprises

L'objet, qui visait principalement à atténuer la double imposition économique, passe la rampe en 2008, malgré l'opposition massive des Romands. Genève était le seul canton francophone a avoir dit «oui» à la réforme.

4. L'initiative postale et naturalisation des jeunes

En septembre 2004, l'initiative postale est rejetée malgré le «oui» latin, tout comme la naturalisation facilitée des jeunes étrangers (2 objets), acceptée par les Romands et les électeurs de Bâle-Ville.

5. Age de la retraite flexible

Les deux initiatives pour un âge de la retraite flexible sont rejetées en novembre 2000, malgré le «oui» clair en Suisse romande et au Tessin. L'initiative en faveur d'une redistribution des dépenses pour réduire celles dans l'armée est refusée malgré une majorité de «oui» en Suisse romande.

6. L'assurance maternité

La loi sur l'assurance maternité est refusée en juin 1999, alors qu'elle est voulue par toute la Suisse latine. Cette dernière aura néanmoins gain de cause sur le même sujet cinq ans plus tard. Le large «oui» de la Suisse romande et du Tessin est appuyé, en septembre 2004, par celui des cantons-villes alémaniques, ce qui permet de voir naître un congé-maternité.

7. L'initiative des Alpes

En 1994, la Suisse latine est minorisée par la Suisse alémanique lors du vote sur l'initiative des Alpes, acceptée le 20 février. Quelques semaines plus tard, les casques bleus ne trouvent grâce qu'en Suisse romande (12 juin).

8. L'Espace économique européen

Il s'agit certainement d'un des clivages linguistiques qui a le plus marqué les esprits. Le 6 décembre 1992, l'accord avec l'Espace économique européen (EEE) est clairement accepté en Suisse romande et dans les deux Bâles, tandis que le reste de la Suisse, Tessin compris, fait échouer l'objet.

Quelques exemples inverses

Il est aussi arrivé que la volonté exprimée par les cantons romands s'impose à l'échelle nationale. En novembre 2002, l'initiative agrarienne sur l'asile est refusée de justesse: le petit «oui» de la plupart des cantons alémaniques est battu par le «non» des électeurs romands. Toujours en 2002, les avis partagés en Suisse alémanique sur le marché de l'électricité permet aussi aux Romands d'imposer leur refus. Toujours face à des alémaniques divisés, Romands et Tessinois sauvent la loi sur l'assurance-maladie (LAMal), en 1994.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!