Actualisé 11.05.2017 à 20:17

VaudCesla Amarelle traitée de menteuse, le PS la défend

Les jeunes vert'libéraux accusent la candidate socialiste au Conseil d'Etat d'avoir menti sur son implication en faveur de FORTA. Un malentendu, selon son parti.

de
Mirko Martino
Keystone

«Madame Amarelle a indiqué avoir voté oui à l'arrêté FORTA: Faux! Elle a voté non!» Dans un communiqué de presse, les jeunes vert'libéraux ont accusé jeudi la candidate socialiste à une élection au Conseil d'Etat vaudois d'avoir délibérément menti dans les médias sur son implication en faveur du Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA), qui devrait particulièrement profiter à l'arc lémanique.

Lors d'un débat télévisé, Cesla Amarelle a annoncé mercredi avoir voté non à FORTA au Parlement, car elle n'était pas au courant que ce vote aurait des conséquences sur les fonds d'agglomération, mais qu'elle avait changé d'avis par la suite. Mais dans un interview publiée jeudi dans «24 heures», elle a indiqué avoir voté oui. Ce qui a fait réagir les jeunes vert'libéraux.

Secrétaire général du PS vaudois, Gaétan Nanchen donne son explication de ce que ses adversaires politiques ont qualifié de mensonge. «Cesla Amarelle a effectivement voté non à FORTA au Conseil national le 30 septembre 2016, peut-être par méconnaissance de ce dossier, explique-t-il. Elle a en revanche revu sa position par la suite et, lors du référendum, elle a voté oui. Il n'y a donc pas de double discours. Au contraire, il faut y voir la preuve que c'est une personne ouverte au dialogue, alors que nos adversaires la qualifient de dogmatique et d'obtuse.»

Autre accusation à l'encontre de la candidate socialiste: avoir affirmé qu'elle avait rejoint le comité de gauche pour le oui à FORTA. Faux, selon les jeunes vert'libéraux. «Les citoyens peuvent aujourd'hui constater en effet la présence de Madame Amarelle sur le site du comité de gauche pour FORTA, ce n'était pas le cas deux jours plus tôt», s'étonnent-ils dans leur communiqué.

Julien Rillet, responsable du comité et auteur du site web, se défend de l'avoir tout récemment rajoutée parmi les soutiens. «Elle y était déjà, soutient-il. Mais ce site est obsolète depuis la votation du référendum. La fonction qui permet de changer à chaque clic les photos qui apparaissent parmi les soutiens avait été désactivée et on ne la voyait donc plus apparaître. Constatant que le sujet FORTA revenait au centre de la campagne, j'ai réactivé cette fonction. C'est peut-être une maladresse, mais ce n'est pas un mensonge.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!