Actualisé 10.04.2020 à 06:33

Coronavirus en Suisse

Cesser de payer en liquide ne coule pas de source

Pour protéger leurs employés, plusieurs enseignes n'acceptent plus les paiements en espèces. Les clients ne sont pas toujours convaincus.

de
xfz
Une chaîne de pizzerias a décidé de ne plus accepter les paiements en cash.

Une chaîne de pizzerias a décidé de ne plus accepter les paiements en cash.

Keystone/photo dillustration

Dans le cadre de la pandémie actuelle, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a émis des recommandations strictes concernant les commerces encore ouverts, notamment en termes de distances sociales et d'hygiène. En revanche, pour ce qui est des moyens de paiement, sa position reste vague. «L'argent n'affecterait pas de manière significative la propagation du coronavirus. Par précaution, l'emploi du paiement par carte ou sans contact est néanmoins conseillé», explique un porte-parole de l'OFSP.

Du coup, la plupart des enseignes romandes affichent une préférence pour les paiements électroniques. D'autres ont décidé de renoncer totalement à l'argent. «Certains clients trouvent ça bizarre, mais la majorité comprennent que c'est pour protéger nos collaborateurs. Ceux qui ont le plus de mal sont souvent des personnes âgées ou très jeunes et ne possédant pas de carte de crédit», commente le responsable d'une chaîne de livraison de pizzas.

Insultée et menacée

Caissière dans un petit magasin vaudois, Joëlle* rencontre pas mal de difficultés. «Mon chef a décidé de ne plus accepter les espèces depuis la semaine dernière. La plupart du temps, cela se passe très bien, mais on m'a déjà insultée et menacée. J'ai beau dire que je n'y peux rien, c'est moi qui m'en prends plein la tête. Dans des cas extrêmes, il m'est arrivé de prendre quand même l'argent du client, pour ensuite effectuer la transaction avec ma propre carte de crédit», témoigne-t-elle.

«Nous demandons aux gens de faire le paiement en ligne. Il existe de nombreux moyens et, parfois, nous prenons carrément le temps de leur expliquer comment se faire un compte Twint», souligne le responsable de la chaîne de pizzerias. Si cela ne suffit pas, en de rares occasions, il autorise ses livreurs à prendre un terminal pour un paiement par carte, sans contact. «Bien des personnes nous ont menacés de s'adresser à la concurrence si nous n'acceptions pas leur argent. Nous leur avons répondu que c'était leur droit», conclut-il.

*Prénom d'emprunt

La limite passe de 40 francs à 80 francs

Mercredi, tous les prestataires de cartes bancaires en Suisse, tels que Postfinance ou Swisscard, ont décidé de relever la limite pour le paiement sans contact et sans code NIP. Celle-ci était fixée à 40 francs. Elle sera désormais à 80 francs, jusqu'à nouvel avis. Cette mesure, visant à protéger les titulaires des cartes ainsi que les commerçants, sera progressivement mise en place ces prochains jours.D'autres pays européens ont déjà fait ce choix.

Illégal mais autorisé

L'article 3 de la Loi fédérale sur l'unité monétaire et les moyens de paiement est très clair: toute personne est tenue d'accepter en paiement jusqu'à 100 pièces suisses courantes et les billets de banque suisses sans limitation. Il est donc illégal de refuser l'argent liquide pour n'accepter que les paiements électroniques. Néanmoins, il est autorisé de déroger à cette règle, pour autant que l'acheteur en soit informé préalablement. Ainsi, un magasin doit afficher à l'entrée son refus de prendre le cash. Et si le client ne l'a pas vu ou lu, il a le droit de renoncer à la transaction. Dans le cas d'un restaurant, il doit être informé au moment où l'on prend sa commande.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!