Montreux – Rocher-de-Naye (VD): «C’est à la fois un train et un téléphérique»
Publié

Montreux – Rocher-de-Naye (VD)«C’est à la fois un train et un téléphérique»

Dans les transports publics, les mesures sanitaires ne sont pas les mêmes pour les attractions touristiques que pour les dessertes locales. Or la ligne des Rochers-de-Naye cumule ces deux statuts: un véritable casse-tête.

par
Xavier Fernandez
Le train des Rochers-de-Naye.

Le train des Rochers-de-Naye.

MOB/V. Flauraud

Un passionné de trains s’est récemment fendu, sur les réseaux sociaux, d’une violente diatribe, accablant l’organisation du MOB (Montreux-Oberland bernois). Il lui reproche en particulier un manque de sérieux dans l’application des mesures sanitaires prévalant actuellement dans les transports publics. Mais tout semble partir d’une confusion liée à une spécificité de la ligne Montreux-Les-Rochers-de-Naye.

«Mettre en place ces mesures a été un véritable casse-tête pour nous. Le problème, c’est qu’entre Montreux et Haut-de-Caux nous effectuons une prestation de desserte locale, alors que le reste du trajet correspond à une prestation touristique. Autrement dit, en bas, la rame est considérée comme un train, alors que, en haut, c’est un téléphérique», explique le porte-parole du MOB.

Maximum 70 skieurs

La plus grande différence entre ces deux statuts, c’est que les remontées mécaniques sont limitées à deux tiers de leur capacité normale. «Mais attention, cela ne veut pas dire qu’un siège sur trois doit être condamné. Il faut aussi tenir compte des places debout. Donc, même si toutes les places assises devaient être occupées jusqu’au terminus, nous demeurons dans la légalité», prévient le porte-parole. Reste que les responsables ne souhaitent pas demander à une partie des voyageurs de descendre à la gare de Haut-de-Caux. «Nous avons décidé de faire un tri au départ. D’ordinaire, une rame peut accueillir jusqu’à 140 voyageurs. Mais actuellement nous nous limitons à 94 places, dont 24 sont réservées à la desserte locale. C’est donc au maximum 70 skieurs qui peuvent monter aux Rochers-de-Naye.»

Quant au masque, le porte-parole reconnaît qu’il est «possible que certaines personnes refusent de le porter. Mais ce n’est pas pire chez nous qu’ailleurs. Je prends régulièrement les transports en commun d’autres compagnies, et je constate la même chose. Je ne crois pas que nous soyons particulièrement de mauvais élèves.»

Ton opinion

44 commentaires