Spring Break aux États-Unis: «C’est comme si le Covid n’existait pas. Ça devrait être partout ainsi»
Publié

Spring Break aux États-Unis«C’est comme si le Covid n’existait pas. Ça devrait être partout ainsi»

Des milliers d’étudiants américains ont envahi les plages et bars de Floride pour célébrer la traditionnelle pause de printemps. À Miami Beach, la police est dépassée par les événements.

La police de Floride est totalement débordée depuis quelques jours. Pandémie mondiale ou pas, des milliers de jeunes Américains ont envahi les quatre coins de l’État pour célébrer le traditionnel Spring Break. À Fort Lauderdale par exemple, les plages et les bars étaient bondés, et les gestes barrières complètement inexistants. «C’est comme si le Covid-19 n’existait pas. C’est fou. Et franchement, j’ai l’impression que c’est comme ça que ça devrait être partout», témoigne un jeune homme cité par 7 sur 7. Un autre fêtard explique être venu à Fort Lauderdale pour défier sa mère. «Je me suis dit au diable le coronavirus, et je suis venu ici, nous vivons la belle vie».

La situation est devenue ingérable à Miami Beach, où la police ne sait plus où donner de la tête. Plusieurs centaines de jeunes ont été arrêtés ces derniers jours. Certains ont été filmés en train de danser sur des voitures de police ou d’envahir les rues en signe de défiance contre le protocole sanitaire. Vendredi soir, les forces de l’ordre ont été contraintes d’utiliser des boules au poivre pour disperser «de très grandes foules» qui jetaient des bouteilles aux policiers à South Beach, a fait savoir le commissariat sur Twitter. Deux policiers ont été blessés lors de l’arrestation d’un New-Yorkais de 19 ans.

Le Spring Break? «C’est la tempête parfaite»

«Vous allez passer un sale moment»

Les provocations et arrestations se sont poursuivies tout au long du week-end. «Nous ne voulons pas d’altercations, nous ne voulons pas d’arrestations, mais s’il le faut, nous le ferons, car nous devons avoir un certain contrôle sur notre environnement», a déclaré samedi le maire Dan Gelber sur la chaîne 7 News. «Nous avons trop de gens qui viennent, nous avons trop de gens qui agissent mal et nous avons le Covid en même temps, donc c’est une triple menace. Si vous venez ici parce que vous pensez que tout est permis, vous allez passer un sale moment», a-t-il prévenu sur CBS Miami.

La Floride n’a pas d’obligation de port de masque et son gouverneur républicain a levé en septembre toutes les restrictions liées au coronavirus pour les restaurants et autres entreprises. Il a également interdit aux villes et aux comtés d’infliger des amendes aux personnes qui ne respectent pas la distance sociale ou ne portent pas de masque. La semaine dernière, la ville de Miami Beach a prolongé jusqu’à ce mercredi une déclaration d’état d’urgence liée à la pandémie: un couvre-feu à minuit a été imposé.

(joc)

Ton opinion