08.07.2020 à 04:31

interview

«C’est dans le regard de l’autre qu’on est des Noirs»

Dans «Tout simplement noir», Jean-Pascal Zadi évoque le racisme avec un humour provoc’ savoureux.

de
Marine Guillain

Lors d’un entretien vidéo (ci-dessus), le rappeur, acteur et réalisateur de 39 ans nous a parlé rap, foot et ouverture d’esprit.

Comment est venue l’idée de ce scénario?

Il y a beaucoup de films en France qui tournent autour de l’identité et du racisme, mais c’est souvent le même point de vue: celui de l’homme blanc de 50 ans qui nous raconte ce qu’est le racisme. Je voulais faire un film avec mon regard.

Jean-Pascal Zadi et Fary en plein débat

Jean-Pascal Zadi et Fary en plein débat

- DR

Que voudriez-vous que les spectateurs retiennent essentiellement?

Quand on dit «Les Noirs», ça ne veut rien dire. Moi je suis noir, Fabrice Eboué est noir, Fary est noir, mais on n’a rien en commun. C’est dans le regard de l’autre qu’on est perçus comme des Noirs, mais moi, je ne me vis pas comme noir dans mon quotidien. Si grâce au film on peut essayer de regarder les gens comme des êtres humains et pas comme une couleur, une orientation sexuelle ou une religion, ce serait pas mal.

Était-ce une évidence de jouer vous-même le rôle principal?

L’acteur raté qui approche de la quarantaine, c’est pile moi, donc oui!

Presque 40 ans, pas trop célèbre; Jean-Pascal Zadi avait le profil parfait pour être le personnage principal de son film.

Presque 40 ans, pas trop célèbre; Jean-Pascal Zadi avait le profil parfait pour être le personnage principal de son film.

- DR

Dans le film, vous prévoyez d’enregistrer un son avec Soprano. Un clin d’œil à votre passion pour le rap?

Oui! Le rap a été une chose essentielle et extraordinaire dans ma vie. Comme le foot.

Dans quel sens?

Et bien avec le rap, j’ai appris à m’organiser avec mes potes pour enregistrer des albums, pour essayer de les vendre… Ça m’a appris que j’étais capable de faire des choses. Personne ne me l’avait montré jusqu’ici, c’était un cadeau du ciel. Après, la qualité des albums, c’est une autre chose! Vous savez, c’était pas mortel d’être Noir dans les années 1990, alors quand j’ai vu les rappeurs noirs américains, comme le Wu-Tang Clan, qui s’assumaient dans leur négritude, qui avaient fait une force d’être pauvres et noirs, ça m’a démonté le cerveau. J’ai compris que je n’avais pas à rougir de ce que j’étais.

Et le foot?

Le foot m’a appris toutes les valeurs de la vie: l’entraînement, l’humilité, le respect… Alors vive le rap et vive le foot, même si ça fait très plouc!

Une comédie intelligente, mordante et subversive

Un comédien raté et frustré décide d’organiser la première marche de protestation noire en France, interdite aux blancs et aux femmes. Conviction ou opportunisme? Au gré des rencontres avec des stars qui jouent leur propre rôle (Soprano, Eric Judor, Ramzy et Melha Bedia, Fary…), Jean-Pascal Zadi, la quarantaine, se confronte aux opinions les plus diversifiées…

Pour être honnête, en voyant l’affiche grotesque et le titre du film, on a d’abord eu très peur. Alors quelle belle surprise de découvrir une comédie mordante, osée et provocatrice, bourrée de répliques subversives! L’idée du faux documentaire, tourné avec grande dérision, fonctionne pile-poil. L’autre gros point fort? Cette mise en évidence de la multiplicité des points de vue, des problèmes et des questions irrésolus que soulève la lutte contre le racisme. Bien qu’un peu trop masculin, «Tout simplement noir» tombe à pic dans le contexte actuel des récentes mobilisations antiracistes.

«Tout simplement noir»

De Jean-Pascal Zadi et John Wax. Avec Jean-Pascal Zadi, Fary, Soprano, Éric Judor, Jonathan Cohen, Ramzy et Melha Bedia. Sortie mercredi 8 juillet 2020. ***

Jean-Pascal Zadi

Jean-Pascal Zadi

- DR

À lire sur le même sujet:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
78 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Racisme naturel

09.07.2020 à 23:56

Et puis suivons le guide dans cette nature qui est si belle , malheureusement on ne peux plus appeler le lac (noir ) noir .Et aussi le lac ( bleu)mais ex .le lac schtroumpf serait plus approprié

Quant lalpinisme blesse

09.07.2020 à 23:48

Ha , au fait vu que le racisme est d'actualité et très tendance en ce moment , On change le nom du chocolat , on détruit les statues et pleins de choses incroyable . Mais a-t.on pensé qu’il devient indispensable de changer le nom du (Mont Blanc ) En effet cette montagne est totalement raciste .

Adam

09.07.2020 à 21:51

50% de la criminalité aux USA est noir..... pourtant ils sont beaucoup moins nombreux, étrange n’est ce pas ? Et qui les a ramenés aux USA ces éternelles victimes ? Je ne parle même pas de la France...