Slimka en interview pour son premier album

Publié

Slimka«C’est inédit ce qui se passe sur la scène rap d’ici»

Le Genevois Slimka, un des fers de lance du rap romand, vient de sortir son excellent premier album, «Tunnel Vision».

par
Fabien Eckert

À l’instar de Di-Meh et Makala, avec qui il forme Superwak Clique, le rappeur connaît un beau succès. Y compris hors de nos frontières. Avec «Tunnel Vision», son premier album, Slimka, 27 ans, a de l’ambition. Les chiffres lui donnent raison. Moins d’une semaine après sa sortie, les morceaux du disque ont été écoutés près d’un million de fois rien que sur la plateforme Spotify.

Que signifie «Tunnel Vision»?

C’est en rapport avec ma manière de travailler et ma façon d’être dans la vie. Je suis dans un tunnel et rien ne peut perturber mon avancée. Faire un album, c’était important. Ce n’est clairement pas le même travail, pas la même intensité, qu’un EP. ça fait deux ans que je bosse sur ce disque. J’y raconte toute une histoire.

Vous chantez parfois plus que vous ne rappez.

J’adore chanter! Je me considère comme un artiste qui peut chanter, parler ou rapper. Je prends même davantage de plaisir à chanter. Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir le faire. J’en suis fier.

Vous utilisez l’Auto-Tune...

Ça fait partie du rap actuel. J’utilise ma voix comme un instrument. Quand tu joues de la guitare, tu peux ajouter un effet dessus. L’Auto-Tune me permet de pousser le délire autour de ma voix.

Vous évoquez votre famille et votre vie. Facile pour un rappeur de dévoiler ses sentiments ainsi?

Non. Ce sont les titres les plus difficiles. Ça demande de la réflexion. D’autres ont été plus instinctifs. Je raconte ma vraie vie, sans exagération. Il y a une dualité entre Slimka le rappeur et Cassim Sall (ndlr: son vrai nom) sur les morceaux introspectifs. Dans tous les cas, ma musique doit faire rêver les gens.

Sur «Hollywood», vous dites avoir «mis Genève sur la carte» du rap.

Je suis fier de porter le maillot de la ville. Là, on parle d’international. J’ai fait des concerts en Géorgie ou au Bénin. Il y a un intérêt fou pour la scène genevoise, suisse. C’est inédit ce qui se passe aujourd’hui.

On pourrait revoir Superwak Clique ensemble en live?

Bien sûr, mais c’est plus cher (rires)! Réunir les Avengers, ce n’est pas donné!

Ton opinion