Yahya Abdul-Mateen heureux de connaître un succès si rapide
Publié

Yahya Abdul-Mateen«C’est parfois enivrant de voir tout ce qu’on m’offre»

En seulement cinq ans, l’Américain est parvenu à s’imposer grâce à des rôles très différents. Il est à l’affiche de «Candyman» dès mercredi 25 août 2021 au cinéma.

par
Henry Arnaud
Le comédien a suivi une formation d’architecte avant d’étudier les arts dramatiques à Yale. 

Le comédien a suivi une formation d’architecte avant d’étudier les arts dramatiques à Yale.

imago images / ZUMA Press

A 35 ans, il pourrait être encore considéré comme un débutant. Yahya Abdul-Mateen a en effet commencé sa carrière au cinéma il y a seulement cinq ans. Il est rapidement devenu l’acteur noir le plus demandé à Hollywood car il est capable de tout jouer. C’est lui le héros de «Candyman» qui sort ce mercredi 25 août 2021 sur grand écran.

Qu’est-ce qui vous a attiré vers «Candyman»?

Notre version a une perspective différente sur le personnage de Candyman car, aux États-Unis, on a toujours essayé de montrer certains jeunes noirs comme des monstres. Un film d’horreur est un bon moyen pour évoquer les sentiments de notre communauté et retracer des expériences dramatiques qui peuvent changer un homme à jamais. Le producteur de « Candyman », Jordan Peele, m’avait engagé pour «Us» et je l’admire. Je suis aussi un grand fan de la réalisatrice Nia DaCosta avec laquelle j’avais déjà collaboré pour le film «Little Woods».

Votre nom est au générique de 18 films ou séries en l’espace de cinq ans. Comment passez-vous aussi vite d’un personnage à un autre?

Je me contente d’une petite valise et je me déplace au gré des propositions. Pour quelqu’un qui ne faisait pas de cinéma il y a dix ans, c’est parfois enivrant de voir tout ce qu’on m’offre. J’ai étudié les arts dramatiques à Yale, mais je n’aurais jamais pensé que tout irait aussi vite après mes études. New York est ma base. Je ne dis pas «ma maison» car je bouge sans cesse. Mais j’espère un jour y avoir mon domicile. J’ai commencé par une école d’architecture alors je pourrais même dessiner les plans de ma future demeure.

On vous voit aussi bien dans des comédies que dans des drames et vous jouez aussi bien les méchants que les gentils. Que préférez-vous?

Quand j’ai tourné «The Greatest Showman» avec Hugh Jackman, Zendaya et Zac Efron, j’étais encore à mes débuts. J’ai souvent discuté avec Hugh qui m’a appris à apprécier les rôles de méchants car ils ont souvent les meilleures répliques dans un film. Hugh m’a dit: «Le méchant est celui qui parle le moins, mais il a les meilleurs dialogues et il gagne tous les combats sauf dans la scène finale.» Et il a raison.

Vous tournez actuellement le deuxième film «Aquaman». Est-il vrai que vous avez appris à nager avant le premier?

Vrai. Je ne savais pas nager avant «Aquaman». Et apprendre la natation quand on est adulte, c’est terrible! J’espère que personne ne m’a filmé en secret lorsque j’ai appris à nager car ça n’était pas beau à voir (rire). Au début, j’essayais de maintenir la tête hors de l’eau en utilisant mes bras comme un chien le ferait avec ses pattes avant pour ne pas couler. Et j’ai appris la natation en Australie où tout le monde sait nager. Les Australiens vivent pour la mer, le surf et tous les autres sports nautiques. Le pire est que j’ai souffert des semaines pour apprendre à nager avant le tournage alors que j’ai découvert ensuite que mon personnage ne passait pas une seule seconde dans l’eau (rire).

Ton opinion

0 commentaires