Canton de Vaud: «C’est trop tard pour être pessimiste. Maintenant, il faut être audacieux»
Publié

Canton de Vaud«C’est trop tard pour être pessimiste. Maintenant, il faut être audacieux»

Après un mois de consultation publique, des thématiques se dégagent des propositions d’initiatives populaires avancées par le mouvement Ag!ssons. Prochaine étape, la récolte de cinq fois 12’000 signatures, dès cet automne.

par
Lauren von Beust
Le mouvement se targue désormais de 1700 signataires, contre 900 en mai dernier, et d’une centaine de bénévoles.

Le mouvement se targue désormais de 1700 signataires, contre 900 en mai dernier, et d’une centaine de bénévoles.

DR

Transparence et plafonnement des campagnes politiques, abolition des privilèges fiscaux pour les multinationales et taxation de la publicité: telles sont les trois propositions d’initiatives qui arrivent en tête de la consultation publique, lancée en mai dernier par Ag!ssons. Quelque 700 résidents vaudois ont répondu à l’appel du groupe politisé mais apartisan, qui veut être le moteur d’un changement profond de la société.

«Ces résultats (ndlr: présentés mercredi) ont déjoué tous nos pronostics. On pensait que les questions écologiques préoccuperaient davantage que celles liées aux multinationales», commente Steven Tamburini, co-initiateur d’Ag!ssons et ex-militant de la Grève du climat. Et Victor Cannilla, autre initiateur du mouvement et physicien à l’EPFL, d’ajouter: «Cet exercice montre qu’il y a un intérêt populaire pour le changement et que des solutions sont requises.»

Récolte prévue cet automne

À ces trois textes s’ajoutent deux autres initiatives, réalisées avec des groupes alliés, «pour tester une autre manière d’élaborer du contenu politique». Le mouvement entend créer une Chambre citoyenne permanente, avec des législateurs-citoyens tirés au sort et des critères démographiques assurant une représentativité de la population vaudoise. Il souhaite aussi promouvoir un accès à une alimentation de qualité, à circuit court, et ainsi assurer des revenus durables pour les agriculteurs.

Les cinq textes seront rédigés cet été et lancés en initiatives populaires dès l’automne. Pour les faire valider, un total de 60’000 signatures (12’000 par initiative) devra être récolté en quatre mois. Ag!ssons se fixe le seuil minimal des 75’000 griffes, «pour avoir une marge».

Un financement de 50’000 à 100’000 francs est prévu pour la campagne. Le groupe aux 160 bénévoles compte désormais sur les dons de particuliers et fondations, qui partagent les mêmes valeurs. «Il est trop tard pour être pessimiste. Maintenant, il faut être audacieux», conclut Victor, plutôt confiant quant à l’aboutissement du projet.

Frange difficile à consulter

Ton opinion

41 commentaires