Actualisé 13.03.2013 à 07:03

Renens (VD)Cet été, les esprits chauds de la gare seront rafraîchis

Quatre caméras vidéo seront installées d'ici à juin dans ce secteur dit «à risque». Mais personne ne s'attend à un véritable miracle.

de
Francesco Brienza
Un petit gang de caïds terrorisait déjà les lieux en 2009.

Un petit gang de caïds terrorisait déjà les lieux en 2009.

Une vingtaine de jeunes qui jettent des pierres et des bouteilles sur des policiers à la gare de Renens: la scène, qui s'est déroulée vendredi dernier, en rappelle d'autres, bien plus brutales. De véritables batailles rangées, qui ont défrayé la chronique en 2008 et 2009. Ce sont elles qui sont à l'origine du débat sur l'installation de caméras vidéo dans la zone. Et, hasard du calendrier, le feu vert définitif de l'organe délibérant pour ce dispositif n'est venu que jeudi dernier, la... veille des débordements.

Quatre appareils seront posés d'ici au mois de juin, de part et d'autre du bâtiment principal. Trois unités mobiles compléteront le système de surveillance dans le secteur. «Mieux vaut tard que jamais, soupire le conseiller communal UDC Stéphane Montabert. Ces caméras auraient pu être bien utiles par le passé.» Un optimisme partagé par la police de l'Ouest lausannois. Mais son commandant, Frédéric Schaer, refuse de tomber dans l'utopie. «Le dispositif pourra aider mais il ne suffira pas. Ceux qui voudront s'y soustraire se déplaceront.» Conseiller communal PLR, Pascal Golay salue l'aspect dissuasif de la vidéo-surveillance mais ajoute qu'elle «ne peut pas tout régler».

D'autres mesures ont également été mises en place, rappelle la syndique Marianne Huguenin. «Des parrains et marraines font de la prévention sur le terrain et nous réfléchissons en ce moment à une solution globale pour éviter de nouvelles échauffourées.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!