Aviation: Cet hiver, Cointrin a récupéré plus vite que Zurich et Bâle

Publié

AviationCet hiver, Cointrin a récupéré plus vite que Zurich et Bâle

Si le nombre de passagers est resté de près de moitié inférieur au niveau d’avant la pandémie, les affaires reprennent gentiment mais sûrement dans les aéroports suisses.

Selon les chiffres des mois d’hiver, l’aéroport de Genève a repris des couleurs plus rapidement que ceux de Zurich et de Bâle.

Selon les chiffres des mois d’hiver, l’aéroport de Genève a repris des couleurs plus rapidement que ceux de Zurich et de Bâle.

Lucien FORTUNATI

Après la levée des mesures anti-Covid un peu partout en Europe et dans le monde, les chiffres de croissance publiés dans certains secteurs ont de quoi donner le tournis, avec des progressions à trois chiffres sur un an. Dans un bilan portant sur le trafic aérien entre novembre dernier et avril, la Ligue suisse pour l’organisation rationnelle du trafic (Litra) n’est pas dupe. «Les pures comparaisons quantitatives par rapport à l’année précédente ne sont pas toujours parlantes», rappelle-t-elle jeudi dans un communiqué.

La hausse du nombre de passagers enregistrés dans les aéroports de Genève, Zurich et Bâle, en regard à l’hiver 2020, est par exemple de 382% pour un total de 14,98 millions de voyageurs. Mais ces chiffres sont toujours inférieurs de 43% à ceux du semestre d’hiver précédant la pandémie, rappelle la Litra. «Un rétablissement constant s’est fait jour, surtout ces trois derniers mois, au cours desquels l’écart s’est réduit à –28%», note encore l’organisation.

Selon les données publiées jeudi, l’aéroport de Genève semble être celui qui récupère le plus rapidement. Il a vu passer 480% de passagers en plus par rapport à l’année précédente et le recul en comparaison au semestre d’hiver 2019 s’élève à 38%.

Le nombre de vols a plus que doublé en cours d’année dans les trois aéroports du pays, passant de 84’485 à 191’436 pour les mois de novembre 2021 à avril 2022. Le nombre de vols est donc inférieur de 28% aux valeurs d’avant la pandémie.

Le fret bientôt à flot

Le fret aérien, pour sa part, a presque retrouvé son niveau d’avant la crise. Il a augmenté de 26,3% par rapport à l’année précédente, atteignant 317’994 tonnes, ce qui est légèrement inférieur au semestre d’hiver 2018-2019 (335’569 tonnes). Cela révèle que globalement le fret aérien a été moins affecté par la crise du coronavirus que le trafic voyageurs, constate la Litra, qui nuance, car l’évolution est très variable en fonction des aéroports. Si le fret aérien a déjà dépassé son volume d’avant la crise à Bâle, Genève se situe toujours 23% en dessous. L’aéroport de Zurich se classe entre les deux, à moins 5% par rapport au semestre d’hiver 2018-2019.

(Comm/jba)

Ton opinion

5 commentaires