RONNIE KESSEL: Cet homme réalise les rêves Ferrari
Markus Bartholet
Publié

RONNIE KESSELCet homme réalise les rêves Ferrari

Fils du pilote de Formule 1, Loris Kessel, Ronnie Kessel a quasiment été biberonné à Ferrari. Aujourd’hui, il gère un empire de feu de 150 collaborateurs et mène une vie à cent à l’heure. Nous lui avons rendu une petite visite à Lugano.

par
Michael Lusk

Aujourd’hui, Ronnie Kessel ne se souvient plus exactement à quand remonte sa passion pour Ferrari et pour cause: le trentenaire a grandi avec la marque dès le berceau. Son père était non seulement pilote de Formule 1, mais également un concessionnaire réputé des bolides rouges de Maranello dans les années 1980. En revanche, Ronnie se souvient encore très bien de son premier tour en Ferrari. «C’était au début des années 1990, à bord d’une F40. J’étais encore tellement petit que je ne voyais pas à travers la vitre. Mais je me souviens encore très bien de l’étrange sensation d’être plaqué dans le siège dans les virages et à l’accélération», raconte-t-il. Il n’est donc pas étonnant que la F40 fasse, aujourd’hui encore, partie de ses Ferrari préférées.

150 collaborateurs pour une clientèle mondiale

Aujourd’hui, Ronnie Kessel ne fait pas que vivre le rêve Ferrari. Avec ses 150 collaborateurs, il transmet également sa passion pour les bolides rouges de Maranello à des clients du monde entier. Car le groupe Kessel, qu’il gère depuis une dizaine d’années, ne fait pas que vendre des voitures neuves. Il y a également le département Classic qui s’occupe de la restauration de véhicules de collection, ainsi que le département Racing, responsable du support technique de toutes les Ferrari GT3 et ce, au niveau international. La devise de Ronnie: «never off» («jamais déconnecté»), le département Racing lui tenant particulièrement à cœur et pour lequel il parcourt le monde après une longue semaine de travail. Il s’est d’ailleurs dernièrement rendu au Bahreïn dans le cadre de l’ouverture de la saison 2021 des 12 Heures de Barhreïn. «J’ai moi-même été pilote pendant dix ans; aujourd’hui, je participe en tant que superviseur. «C’est comparable au rôle de dirigeant d’orchestre, qui veille à ce que tout le monde sache ce qu’il a à faire», dit-il.

Ronnie Kessel prend la pose aux côtés d’une Ferrari de course.

Ronnie Kessel prend la pose aux côtés d’une Ferrari de course.

Markus Bartholet
La vente de Ferrari est évidemment au cœur de ce que fait Ronnie Kessel.

La vente de Ferrari est évidemment au cœur de ce que fait Ronnie Kessel.

Markus Bartholet
Le siège se trouve à Lugano, mais il existe une autre filiale à Zoug.

Le siège se trouve à Lugano, mais il existe une autre filiale à Zoug.

Markus Bartholet

Une collection de souvenirs plutôt que de voitures

Malgré son jeune âge, Ronnie Kessel se passionne également pour les voitures de collection. Tandis que nous déambulons dans le département Classic, c’est avec les yeux qui brillent qu’il nous montre avec quel souci du détail, les collaborateurs travaillent la vieille tôle. «Nous ne retapons pas que des Ferrari, mais aussi des voitures de toutes marques. Nous avons, pour cela, conservé une quantité innombrable de manuels d’origine, afin de pouvoir tout faire en interne». Mais il ne s’arrête pas à la restauration de véhicules anciens, il aime aussi prendre personnellement le volant. Le rallye Monte-Carlo est un rendez-vous incontournable dans son agenda, de même que le Bernina Gran Turismo. «Mon père a grandi dans le val Poschiavo. C’est pourquoi l’occasion d’y piloter l’une de ses anciennes voitures de course de Formule 1 a été un moment inoubliable pour moi», dit-il.

Sa réponse à la question de savoir ce qu’il conduit comme voiture ou s’il possède sa propre collection de Ferrari est d’autant plus surprenante: «Je préfère aider mes clients à étoffer leur collection. Personnellement, je préfère amasser les souvenirs que les voitures», dit-il. Sitôt dit, sitôt parti, car l’homme qui ne décroche jamais est déjà attendu à sa prochaine réunion.

Ronnie Kessel

Ronnie Kessel est le fils de l’ancien pilote de Formule 1 et entrepreneur Loris Kessel. Dans les années 1970, Loris Kessel, originaire du val Poschiavo, a participé à six courses automobiles de haut niveau et a ultérieurement pris part à des rallyes et à des courses de côte. Il a connu tout autant de succès en tant qu’entrepreneur.

Durant sa période active, il restaurait déjà des voitures de sport italiennes avant de reprendre la concession de Ferrari, Maserati, Bentley et Pagani à Lugano et de fonder sa propre écurie avec Kessel Racing.

À la mort de son père, Loris Kessel, en 2010, Ronnie, alors âgé de 22 ans, a repris le flambeau de l’entreprise paternelle. Dès le départ, il a apporté avec lui son savoir-faire. Ronnie Kessel est diplômé d’économie et a lui-même une grande expérience de la course automobile. L’homme qui dit ne jamais déconnecter, a peu à peu agrandi l’empire Kessel au cours des dix dernières années. Après Lugano, le groupe Kessel est aujourd’hui également présent à Zoug, est le support officiel de toutes les Ferrari GT3 et emploie actuellement environ 150 collaborateurs.

Ton opinion