Villars-sur-Glâne (FR) - «C’était une foire insoutenable jusqu’à l’aube»
Publié

Villars-sur-Glâne (FR)«C’était une foire insoutenable jusqu’à l’aube»

Malgré l’intervention de la police fribourgeoise, une fête d’anniversaire réunissant une centaine de jeunes s’est poursuivie jusqu’au petit matin. Des voisins témoignent.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
C’est dans cette villa à louer sur Airbnb qu’une fête sauvage a réuni une centaine de jeunes venus de plusieurs localités de Suisse romande.
C’est dans cette villa à louer sur Airbnb qu’une fête sauvage a réuni une centaine de jeunes venus de plusieurs localités de Suisse romande.airbnb.ch

«Le communiqué de la police fribourgeoise laisse croire qu’après son intervention, la fête sauvage ayant réuni une centaine de jeunes âgés de 16 à 25 ans dans une maison à Villars-sur-Glâne a aussitôt pris fin. Il n’en est rien. Dès que les agents ont eu le dos tourné, la fiesta a continué de plus belle jusqu’à 8h samedi.» Une habitante d’un quartier résidentiel ayant subi des bruits incessants est très remontée par ce qu’elle appelle la «passivité de la police». Selon elle, quelques minutes après le départ des agents, on entendait crier «Joyeux anniversaire».

Des jeunes, qui n’avaient pas bu que de l’eau, ont même confondu le jardin de la maison avec celui des voisins. «Entre 23h30 et 2h15, des inconnus marchaient chez nous, canettes de bière à la main», indique une voisine. «Je ne comprends pas pourquoi la police a laissé cette fête se poursuivre au lieu de tout stopper. Il y a souvent du bruit dans cette maison. Mais aussi longtemps, aussi fortement et une telle foire insoutenable jusqu’à l’aube, c’est une première. Notre famille n’a pas pu dormir», se désole la mère de famille.

La police: «Nous avons voulu éviter d’autres troubles»

«Nos services ont été sollicités à plusieurs reprises pour du bruit et du tapage nocturne. A l’arrivée des premières patrouilles, plusieurs dizaines de personnes s’étaient rassemblées dans une maison pour un anniversaire. De nombreuses voitures, dont certaines n’avaient pas de plaques fribourgeoises, étaient stationnées à proximité», a indiqué l’inspecteur Roger Seydoux, porte-parole de la police fribourgeoise. Selon lui, c’est pour une raison opérationnelle que l’endroit qui abritait une centaine de jeunes n’a pas été évacué. «Dans un premier temps, il a été difficile d’identifier et d’entrer en contact avec l’organisateur du rassemblement. Les premiers intervenants ont sommé à plusieurs reprises de faire stopper la musique et ont invité les jeunes à se disperser. Beaucoup se trouvaient sous l’influence de l’alcool. Pour éviter d’autres troubles à l’ordre public, il a d’abord été décidé d’empêcher des tiers de rejoindre les lieux. Plusieurs badauds ayant tenté de rejoindre la bâtisse ont d’ailleurs été dispersés par la police», a poursuivi l’officier. L’organisateur de cet événement bruyant a été acheminé au poste de police, où il s’est montré oppositionnel. Il a été dénoncé à l’autorité compétente avant d’être relaxé. Le dernier appel du voisinage se plaignant du bruit a été enregistré aux environs de 8h. «Une patrouille s'est rendue sur place. Lors de son passage, il n'y avait pas de bruit», a déclaré le porte-parole de la police fribourgeoise.

Selon nos informations, l’endroit ayant abrité cette fête sauvage est une maison à louer sur Airbnb. Elle dispose notamment de quatre chambres, une piscine et un sauna. Sur la plateforme de logements de particuliers, le peu de commentaires sur ce bien à louer sont fort élogieux. Au plus grand dam du voisinage.

Ton opinion