body positive: Cette agence emploie des mannequins atypiques

Tayla Clement souffre d’une paralysie du visage et a signé avec une agence de mannequin.

Tayla Clement souffre d’une paralysie du visage et a signé avec une agence de mannequin.

Zebedee Talent
Publié

inclusionCette agence emploie des mannequins atypiques

Handicaps, maladies ou anomalies de la peau font partie des caractéristiques mises en avant par l’agence de mannequins, Zebedee.

par
Lauren Cavin-Hostettler

«J’ai passé de nombreuses années à détester mon sourire, à souhaiter avoir un sourire normal, à souhaiter ne pas exister parce que cela semblait plus facile que d’être en vie, mais par miracle, je suis toujours là. J’espère que vous savez que, quoi qu’il arrive, vous pouvez être, faire et réaliser n’importe quoi dans cette vie…», déclare Tayla Clement, «la fille qui ne sourit pas». En effet, la Néo-Zélandaise, âgée de 24 ans, souffre du syndrome de Moebius, qui se traduit par une paralysie du visage. Durant son enfance, elle a été moquée et harcelée.

Des modèles atypiques

Temporalité actu, elle a signé un contrat avec l’agence de mannequins Zebedee, en avril. «Je suis super contente à l’idée de porter à un tout autre niveau mon objectif, qui est l’émancipation, l’inspiration et le changement dont j’avais besoin quand j’étais plus jeune».

Créée en 2017, l’agence Zebedee est spécialisée dans la représentation des personnes en situation de handicap, des différences visibles et de la communauté LGBTIQ+. Présente en Europe, aux États-Unis et en Australie, elle organise notamment des formations pour aider les marques à comprendre les aspects du handicap et à prendre en compte les caractéristiques de chacun afin que tous les modèles se sentent à l’aise lors des shootings.

Montrer la diversité

Parmi les modèles, il y a Iona Hay qui porte une prothèse à la place de sa jambe droite, depuis son enfance. Cette étudiante écossaise, qui crée des collections de vêtements pour personnes amputées, est maintenant elle-même mannequin pour Zebedee. «Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, mais ce serait un rêve de créer des vêtements et je pense que l’inclusion est un élément clé de la création de mode aujourd’hui. J’espère l’intégrer dans mon travail, en veillant à ce que chacun puisse être vu et entendu et que tous les besoins soient satisfaits.»

Coureur VTT, Callum Russell est devenu paraplégique à la suite d’un accident, pendant une course en 2018. Aujourd’hui, il pose pour les enseignes Primark ou Virgin et espère participer aux compétitions d’avirons des Jeux paralympiques de Paris en 2024.

Jasroop Singh, elle, pose pour des marques de maillots de bain ou de cosmétiques, mais elle ne pensait pas pouvoir devenir mannequin à cause du vitiligo. Cette maladie touche 0,5% de la population mondiale et se caractérise par une dépigmentation de la peau. Cette passionnée de mode se félicite d’avoir pu poser pour l’édition bulgare de «Elle».

Ton opinion

5 commentaires