Raids de l'OTAN en Libye: «Cette agression doit cesser tout de suite»
Actualisé

Raids de l'OTAN en Libye«Cette agression doit cesser tout de suite»

Les autorités libyennes n'engageront pas de pourparlers avec les insurgés tant que les raids aériens de l'OTAN ne cesseront pas.

«Cette agression (les raids aériens) doit cesser tout de suite; sans cela il ne pourra y avoir de dialogue et nous ne pourrons pas résoudre les problèmes de la Libye», a dit le premier ministre Baghdadi Mahmoudi. Il s'est exprimé lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec l'émissaire de l'ONU pour la Libye, le Jordanien Abdoul Elah al Khatib, en visite à Tripoli.

Le premier ministre libyen a aussi répété mardi qu'un départ du pouvoir du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi n'était «pas un sujet de discussion», à l'issue d'une rencontre avec l'envoyé spécial de l'ONU Adbel-Elah al-Khatib. Avant d'arriver à Tripoli, M. Al-Khatib a fait halte lundi à Benghazi pour s'entretenir avec les chefs de l'insurrection.

L'OTAN accuse

L'OTAN a pour sa part accusé mardi Mouammar Kadhafi de dissimuler des installations militaires en Libye dans des secteurs habités par des civils, ce qui accroît le risque de victimes civiles dans le conflit en cours.

L'alliance atlantique a estimé que le numéro un libyen cherchait ainsi à discréditer la volonté affichée par les Occidentaux de protéger les populations et d'éviter toute perte civile durant les raids aériens, menés sous mandat de l'ONU.

«Les forces fidèles à Kadhafi occupent de plus en plus des installations qui avaient naguère une raison d'être civile», a déclaré le colonel canadien Roland Lavoie, porte-parole militaire de l'OTAN, au cours d'un point de presse à Bruxelles. Selon lui, l'armée régulière libyenne s'est installée dans d'anciennes écuries, dans des bâtiments agricoles, des entrepôts, des usines ou encore dans des conserveries.

(ats)

Ton opinion